Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro s'approche des 1,45$ malgré moody's

Marché : L'euro s'approche des 1,45$ malgré moody's

tradingsat

(CercleFinance.com) - Rien ne semble devoir entamer la reprise de l'euro contre ses grands concurrents, pas même une nouvelle dégradation de la notation de la dette publique grecque par Moody's. Aux environs de 12 heures 40, la monnaie unique européenne s'apprécie de 0,97% contre le dollar à 1,4470, de 0,75% contre le franc suisse à 1,2163 et de 1% face au yen à 116,97.

Calculées depuis le début de l'année, les variations de ces trois parités sont respectivement de + 8,1%, - 2,5% et + 7,9%. La valeur refuge helvétique suit un chemin sensiblement différent que l'on peut rapprocher de celle de l'or : exprimée en euros, la valeur de l'or a progressé de 1,2% sur cette même période, ce que l'ont peut également traduire comme une dépréciation de l'euro vis-à-vis du métal précieux dont l'histoire monétaire est plus que millénaire.

Et pourtant, la crise souveraine européenne n'en finit pas de s'envenimer. Ce matin, l'agence de notation-crédit Moody's a dégradé la note de la Grèce, passant de 'B1' à 'Caa1', note déjà située dans le territoire spéculatif qui traduit un risque substantiel sur le titre, assortie en outre d'une perspective négative.

L'agence de notation craint le risque d'échec croissant du processus de stabilisation de la dette grecque, sans restructuration. Elle pointe du doigt les défis que doit relever le gouvernement ou encore les incertitudes quant aux perspectives de croissance.

Par ailleurs, Moody's estime que les soutiens du pays, que sont le FMI et la Commission européenne par exemple, pourraient exiger la participation des créanciers privés dans la restructuration de la dette.

L'euro profite d'une actualité peu encourageante dans les autres grands pays développés, où la situation n'est pas plus encourageante. Au Japon, le Premier ministre Naoto Kan a certes survécu à un vote de confiance, mais l'instabilité politique du pays reste sensible alors que sa majorité s'en trouve divisée. 'Il est déjà une gageure de nommer les cinq derniers Premiers ministres japonais alors que cela ne nous ramène qu'en 2006', souligne-t-on chez Bank of America-Merrill Lynch, ce qui joue contre le yen.

Aux Etats-Unis, les indicateurs économiques défavorables s'accumulent. Derniers en date : la confiance du consommateur, qui en mai est tombée à son plus bas niveau depuis novembre, et le nouveau ralentissement de l'activité dans la région des Grands Lacs, autour de Chicago. Sans oublier un indice de l'emploi ADP décevant, qui augure mal du rapport officiel sur l'emploi du mois dernier, et un ralentissement de l'activité manufacturière selon le dernier indice ISM.

Dans ces conditions, il est difficile d'envisager un resserrement monétaire de la part de la Fed (0-0,25% actuellement), et par là une réduction du 'spread' (l'écart) avec les taux courts de la BCE (1,25% à cette heure) toujours très favorable à l'euro.

La séance sera peut-être animée par différents chiffres américains comme les stocks de pétrole, les inscriptions aux allocations chômage, les commandes à l'industrie, ainsi que ceux de la productivité.

Mais le point d'orgue statistique de la semaine sera le rapport sur l'emploi américain pour mai, qui sera publié demain.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...