Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro s'accorde une pause, le franc en berne

Marché : L'euro s'accorde une pause, le franc en berne

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne s'essayait au rebond ce matin contre les principales devises concurrentes, tandis qu'elle s'offrait plus de 8% face au franc suisse après la décision de la banque centrale helvétique.

Ainsi aux environs de 13 heures 10, l'euro reprenait 0,61% à 1,4181 contre le dollar après avoir aligné les séances de baisse. Même son de cloche face à la livre (+0,64% à 0,8805) et au yen (+ 0,62% à 109,20).

Face au franc suisse, l'envolée de la devise européenne est spectaculaire : + 8,5% à 1,2029.

En cause : la décision de la Banque nationale suisse (BNS), qui comme celle du Japon lutte contre le renchérissement relatif de sa monnaie. Ce matin, la BNS a “fixé un cours plancher de 1,20 franc pour en euro. La surévaluation actuelle du franc est extrême. Elle constitue une grave menace pour l'économie suisse et recèle le risque de développements déflationnistes”, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

“Dès ce jour, [la BNS] ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes. La Banque nationale fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise et est prête à acheter des devises en quantité illimitée”, ajoute l'institut d'émission.

Chez Natixis, on rappelle que la BNS avait déjà baissé les taux Libor à 0% et augmenté les liquidités disponibles cette année. Puis elle est intervenue sur le marché lorsque les 1,10 franc l'euro ont été menacés, en achetant des euros, comme en avril et mai 2010 lors d'opération qui n'avaient guère donné de résultats. “En gardant à l'esprit ce qui s'est passé l'an passé et dans un contexte de crise souveraine européene et américaine, l'objectif minimal de 1,20 franc l'euro va être difficile à défendre”. D'autant que la BNS, qui a perdu 19,2 milliards de francs l'an dernier et 10,8 milliard au premier semestre dans de telles interventions, n'avait en rien réussi à enrayer la hausse du franc.

Par ailleurs, l'agenda statistique de la matinée était plutôt mitigé. D'un côté, les cambistes ont d'abord appris que le PIB de la zone euro avait augmenté de 0,2% au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, un chiffre d'Eurostat conforme aux anticipations moyennes. Au cours du premier trimestre 2011, le taux de croissance avait été de +0,8% dans la zone euro.

Mais les commandes à l'industrie en Allemagne ont chuté 2,8% en juillet 2011, à comparer avec des attentes de - 1,5%, sachant que le mois de juin s'était soldé par une hausse de 1,8%.

En outre et comme le rappellent les analystes Changes de Pictet & Cie, toutes les rumeurs et les inquiétudes circulent de nouveau quant à l'avenir de la zone euro. “Une rumeur de dégradation de la note de l'Italie a circulé sur les marchés. On a également parlé de demandes en faveur d'une modification des traités européens et de l'introduction de nouvelles réglementations au niveau budgétaire, ainsi que d'une demande de moyens financiers supplémentaires pour le Fonds européen de stabilité financière (FESF)”, rapportent-ils ce matin.

'Il est vrai que l'hypothèse d'une faillite de la Grèce est de plus en plus d'actualité, comme le démontrent les réticences de certains pays européens à valider le plan de sauvetage', souligne Barclays Bourse, pour qui 'la stabilisation des marchés dépendra désormais de la capacité des politiques à rassurer les investisseurs'.

Ce matin, l'once d'or a atteint un nouveau record en dollars à 1.922 dollars sur le comptant, quand le point haut de 43 euros du gramme a été dépassé hier.

Cet après-midi des Etats-Unis, on attendra l'indice ISM des services pour le mois d'août (prévision : 51 points ; précédent : 52,7 points).

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...