Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'euro a perdu 9,3% contre le yen en un mois

Marché : L'euro a perdu 9,3% contre le yen en un mois

tradingsat

(CercleFinance.com) - Face à une accumulation quasi-continue de de mauvaises nouvelles, la monnaie unique européenne continuait à perdre du terrain face au dollar contre lequel elle a perdu près de 7% en un mois. Vers 12 heures, l'euro recule ainsi de 0,30% à 1,2323 dollar, soit 1,5% de perdu en une semaine. Sans oublier les 9,3% cédés au yen en un mois, et les - 3,4% en huit jours seulement.

“La monnaie européenne poursuit sa chute de jour en jour face à l'accumulation de mauvaises nouvelles” commentent les analystes de Saxo Bank ce matin. “La situation au sein de la zone euro est toujours aussi explosive. Selon les chiffres de la Banque d'Espagne, les transferts de capitaux à l'étranger ont atteint une somme nette de 66,2 milliards d'euros. L'ensemble des investisseurs fuit tour à tour les pays risqués et se dirige vers les actifs les plus sûrs”, ajoutent-ils.

Baromètre de l'appétence des investisseurs, le taux du '10 ans' espagnol reste, à 6,60%, proche de la barre fatidique des 7% qui avait marqué, en Irlande et en Grèce, voire en Italie, la perte par l'Etat du contrôle de ses finances publiques lors des précédents épisodes de la crise souveraine.

Un cambiste nord-européen estime que 'la pression se stabilise graduellement... à un niveau incroyablement élevé'. Autant dire que si le sentiment ne s'aggrave plus, il ne se détend pas pour autant sur le marché des devises.

'Pratiquement tous les indicateurs économiques publiés hier ont constitué de mauvaises surprises', indique-t-il. Les inscriptions hebdomadaires au chômage américain et l'enquête ADP sur l'emploi n'ont pas été rassurantes, et enfin la croissance de l'Inde et le dernier indice PMI de la Chine n'étaient pas non plus engageants.

La situation du Vieux continent ne s'est pas arrangée ce matin : la contraction de l'industrie manufacturière s'est accélérée en mai en zone euro, selon l'indice PMI de Markit. Se repliant de 45,9 en avril à 45,1, il s'établit à un plus bas de presque trois ans et signale une contraction du secteur pour le dixième mois consécutif. L'indice affiche son plus faible niveau depuis l'été 2009 en Allemagne, en France et en Espagne. 'Les effets néfastes sur l'économie réelle des crises politiques et financières continuant de se propager au sein de la région', commente Markit.

'A moins d'un brusque retournement en juin, la production manufacturière pourrait chuter de 1% ce trimestre, augmentant ainsi le risque d'une récession prolongée au milieu de l'année', s'alarme l'institut.

Le cambiste du Nord de l'Europe estime cependant que le pessimisme ne se limite pas à l'Europe, comme en témoignent les déceptions récurrentes à la publication des dernières statistiques chinoises et aussi celles de l'Inde.

Et le spécialiste de livrer l'interprétation suivante : 'actuellement, la focale des marchés financiers se déplace des seules difficultés de l'Europe vers la probabilité croissante que la croissance mondiale se retrouve cette année sous pression'.

Dans un tel contexte, les devises refuges que sont le dollar US et le yen nippon sont en toute logique privilégiées.

Le yen prend d'ailleurs 0,62% sur l'euro à cette heure à 96,28, bien loin de son plus bas annuel de 111,44. L'euro a d'ailleurs perdu plus de 9% face au yen en un mois.

En revanche, la monnaie unique européenne prend 0,33% contre le sterling à 0,8051. Toujours rien à signaler du côté du franc suisse (- 0,01% à 1,2009 franc l'euro).

Parmi la rafale de statistiques attendue cet après-midi des Etats-Unis, les investisseurs guetteront notamment le rapport sur l'emploi du mois de mai aux Etats-Unis. Le consensus attend en moyenne 150.000 créations de postes, après 115.000 le mois précédent.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...