Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'allemagne a trois mois pour sauver l'euro selon george soros

Marché : L'allemagne a trois mois pour sauver l'euro selon george soros

L'allemagne a trois mois pour sauver l'euro selon george sorosL'allemagne a trois mois pour sauver l'euro selon george soros

TRENTE, Italie (Reuters) - L'Allemagne et sa banque centrale ont trois mois pour sortir la zone euro de la crise, après quoi il sera trop tard, prévient le milliardaire américain George Soros.

S'exprimant samedi lors d'une conférence économique à Trente, en Italie, George Soros a souligné que la crise de l'euro - qu'il définit comme une crise des dettes souveraines couplée à une crise bancaire - menaçait de détruire l'Union européenne et de la plonger dans une "décennie perdue" comme celle traversée par l'Amérique latine dans les années 1980.

"Un destin similaire attend désormais l'Europe. C'est une responsabilité que l'Allemagne et d'autres pays créditeurs doivent reconnaître", a déclaré George Soros.

Il dit s'attendre à ce que les élections prévues en juin en Grèce donnent naissance à un gouvernement prêt à mettre en oeuvre les mesures d'austérité exigées par les créanciers d'Athènes, mais incapable de tenir ses promesses.

"La crise grecque risque d'atteindre son paroxysme à l'automne. D'ici là, l'économie allemande va également s'affaiblir et il sera encore plus difficile pour la chancelière (Angela) Merkel de persuader l'opinion allemande d'accepter des responsabilités européennes supplémentaires. C'est ce qui nous donne une fenêtre de trois mois", a-t-il expliqué.

Une sortie de la Grèce de la zone euro serait à ce stade forcément désordonnée et entraînerait quasi certainement un effondrement de l'UE dans son ensemble, a-t-il averti.

Pour le financier né en Hongrie, qui amassé une fortune en spéculant contre la livre sterling en 1992, si la périphérie de la zone euro concentre aujourd'hui toutes les inquiétudes, ce sont néanmoins les pays du coeur du bloc qui apparaissent comme les grands responsables de la crise.

"Le 'centre' est coupable d'avoir conçu un système défaillant, d'avoir ratifié des traités défaillants, d'avoir mis en oeuvre des politiques défaillantes et d'avoir toujours fait trop peu, trop tard", a-t-il déclaré.

George Soros a plaidé pour la création d'un mécanisme d'assurance des dépôts bancaires européens, l'accès direct des banques au fonds de secours de la zone euro et une régulation financière centralisée. Il a également appelé à faire baisser les coûts d'emprunt des pays les plus lourdement endettés.

"Il y a différentes façons d'y parvenir (...) mais toutes nécessitent le soutien actif de la Bundesbank et du gouvernement allemand", a-t-il souligné.

"Nous devons faire tout ce qui est en notre possible pour convaincre l'Allemagne de faire preuve de leadership et préserver l'Union européenne", a-t-il conclu.

Valentina Za, Natalie Huet pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...