Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Jean-claude trichet parle de crise systémique et urgente

Marché : Jean-claude trichet parle de crise systémique et urgente

tradingsat

* Trichet souligne la montée des risques

* Il plaide pour une recapitalisation rapide des banques

* Le FESF doit être le plus souple possible

par Sakari Suoninen

FRANCFORT (Reuters) - La crise de la dette dans la zone euro a atteint une dimension systémique, les risques de répercussions sur l'économie augmentent rapidement et les banques sont entrées dans une zone de danger, a déclaré mardi Jean-Claude Trichet, qui s'exprimait en qualité de président du Comité européen du risque systémique (CERS).

Le Fonds européen de stabilité financière (FESF) doit être le plus souple possible, a-t-il ajouté devant la commission des Affaires économiques et financières du Parlement européen, tout en excluant que la Banque centrale européenne (BCE), qu'il préside jusqu'à la fin du mois, prenne part à sa démultiplication.

"Au cours des trois dernières semaines, la situation est restée très difficile. La crise est systémique et elle doit être combattue avec la plus grande détermination", a-t-il dit.

"Le haut niveau d'interconnexion du système financier de l'Union européenne a provoqué une hausse rapide du risque de contagion. Cela menace la stabilité financière dans l'Union prise dans son ensemble et affecte de manière négative l'économie réelle en Europe et au-delà."

Jean-Claude Trichet a plaidé pour que les gouvernements et les autorités européennes agissent de concert pour résoudre la crise, ajoutant que tout retard aurait des conséquences désastreuses.

"Il faut que toutes les autorités agissent à l'unisson le plus rapidement, avec le plus grand dévouement pour préserver la stabilité financière", a-t-il lancé.

Mis sur pied fin 2010, le CERS fait partie du système européen de surveillance financière (SESF), dont l'objectif est d'assurer la surveillance du système financier de l'Union.

S'il ne dispose pas de pouvoirs réels, il peut toutefois prendre le parti de faire état publiquement de ses interrogations.

RECAPITALISATION

Sur le dossier des banques, Jean-Claude Trichet a réclamé des décisions claires sur la question de la recapitalisation, soulignant qu'il n'y avait plus de temps à perdre.

La montée des inquiétudes dissuade de plus en plus les banques de se prêter les unes aux autres, comme en témoigne le recul des volumes des prêts interbancaires et le recours de plus en plus fréquent aux financements offerts par la BCE.

Les dépôts au jour le jour des banques commerciales auprès de la Banque centrale européenne ont ainsi atteint 213 milliards d'euros la semaine dernière, un volume sans précédent depuis juillet 2010.

Un vent d'espoir s'est levé dimanche soir après les annonces de Paris et Berlin, qui ont pris l'engagement de proposer au plus vite un plan de recapitalisation des banques. Mais l'absence de détails incite les investisseurs à rester prudents, d'autant que la Slovaquie n'a pas encore validé le renforcement du FESF.

"Le secteur bancaire européen a besoin d'une recapitalisation", a jugé Jean-Claude Trichet. "Les décisions doivent être prises très rapidement."

Evoquant le rôle du FESF, il a jugé que ce dernier pourrait jouer un rôle important.

"Les régulateurs doivent coordonner leurs efforts afin que les fonds propres des banques soient renforcés, y compris par l'utilisation de garanties de souscription, tout en prenant en compte le besoin de transparence et la valorisation permanente de l'exposition à la dette souveraine", a-t-il dit.

Il a toutefois exclu que la BCE soit mise à contribution pour accroître la puissance du feu du FESF, en expliquant que les Etats disposaient de tous les moyens nécessaires pour y parvenir sans solliciter la banque centrale.

Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...