Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Ing pourrait fragmenter la vente de son assurance en asie

Marché : Ing pourrait fragmenter la vente de son assurance en asie

tradingsat

AMSTERDAM (Reuters) - ING pourrait vendre en plusieurs fois son activité d'assurance en Asie, estimée autour de 7 milliards de dollars (5,65 milliards d'euros), afin d'en obtenir le meilleur prix et d'accélérer la mise en oeuvre de son programme de cessions d'actifs après un deuxième trimestre très en deçà des attentes.

Le groupe néerlandais de services financiers, qui publiait mercredi ses résultats trimestriels, a également fait savoir qu'il se préparait à coter en Bourse ses activités d'assurance en Europe et aux Etats-Unis.

ING, qui a bénéficié d'une aide publique de 10 milliards d'euros lors de la crise financière de 2008, doit céder des actifs pour rembourser l'Etat néerlandais et se conformer aux règles européennes de concurrence.

"Le processus de vente de nos activités d'assurance et de gestion de placements en Asie est en bonne voie", a déclaré le directeur général du groupe, Jan Hommen.

Selon une source proche de l'opération, l'assureur canadien Manulife et AIA, numéro trois du secteur en Asie, sont les derniers candidats en lice prêts à racheter l'intégralité des activités d'assurance d'ING en Asie, mais leurs offres ont été jugées insuffisantes.

L'issue la plus probable des discussions serait donc une fragmentation des actifs concernés en trois segments - Asie du Sud-Est, Corée du Sud, Japon - une stratégie qui pourrait faire grimper les recettes totales tirées de leur cession tout en accélérant le processus.

Si Jan Hommen s'est refusé à donner des précisions sur les candidats et sur le processus d'enchères, il a admis que ces actifs asiatiques seraient probablement vendus petit à petit.

"Vous verrez certaines activités partir plus vite que d'autres, des coentreprises prendre plus de temps (à être vendues)", a-t-il dit lors d'une conférence avec des analystes.

Vers 10h00 GMT, l'action ING reculait d'environ 1,5% à 5,67 euros, alors que l'indice sectoriel européen de l'assurance cédait 0,56%.

ING a présenté des résultats trimestriels inférieurs aux attentes, affectés notamment par des provisions pour pertes sur créances, principalement en Espagne et en Grèce. Son activité d'assurance a quant à elle pâti de faibles performances au Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg).

"Alors que la crise de la zone euro s'est aggravée, nous avons accéléré nos efforts pour ôter le risque du portefeuille d'investissement de la banque", a déclaré Jan Hommen dans un communiqué, précisant que le groupe continuerait de réduire son exposition à l'Espagne.

Le bénéfice net du groupe au titre du deuxième trimestre a chuté de 22% à 1,17 milliard d'euros, en dessous de la prévision la plus basse fournie par des analystes interrogés par Reuters. Le bénéfice avant impôt tiré des opérations bancaires a reculé de 13% à 995 millions d'euros, tandis que celui des activités d'assurance a chuté de 52% à 229 millions.

Les analystes interrogés par Reuters anticipaient un bénéfice net de 1,34 milliard d'euros, avec un bénéfice avant impôt de 1,02 milliard pour la banque et de 500 millions pour l'assurance.

Sara Webb, Natalie Huet pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...