Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Incertitudes autour du pacte budgétaire européen en allemagne

Marché : Incertitudes autour du pacte budgétaire européen en allemagne

Incertitudes autour du pacte budgétaire européen en allemagneIncertitudes autour du pacte budgétaire européen en allemagne

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand n'a pas véritablement l'intention de mettre en oeuvre un projet de taxe sur les transactions financières comme il s'y est pourtant engagé auprès de l'opposition pour obtenir son soutien lors de la ratification du pacte budgétaire européen, rapporte dimanche le Der Spiegel.

Les Sociaux-démocrates (SPD) et les Verts ont conditionné leur soutien au "fiskalpakt" et au Mécanisme européen de stabilité (MES) à la mise en place d'une taxe sur les transactions financières et à un soutien du gouvernement de la chancelière Angela Merkel à la croissance.

Selon l'hebdomadaire allemand, le directeur de cabinet d'Angela Merkel, Ronald Pofalla, a déclaré qu'une telle taxe ne serait toutefois pas adoptée dans l'actuelle législature.

Cette information a suscité la colère du SPD et des Verts qui pourraient décider de revenir sur leur décision d'apporter leurs voix lors du vote au parlement où le camp Merkel ne dispose pas de la majorité des deux-tiers nécessaire à la ratification du pacte européen.

"Les déclarations de Ronald Pofalla sont un coup porté aux discussions sur le pacte budgétaire", a réagi Thomas Oppermann (SPD), qui a émis des doutes sur la sincérité de la volonté affichée du camp Merkel de conclure un accord.

"Nous avons besoin qu'ils s'engagent de manière irréversible à introduire une taxe sur les transactions financières. Il n'y aura pas de formule de compromis avec le SPD", a-t-il ajouté.

Chez les Verts, on estime que Ronald Pofalla joue un jeu dangereux en tentant de jouer au plus malin avec l'opposition.

"Quiconque tente de jouer des tours risque de faire échouer le pacte budgétaire", a mis en garde Volker Beck, haut responsable des Verts.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble, doit discuter lundi du pacte budgétaire européen avec les ministres des 16 Länder et les présidents des groupes parlementaires.

La Grande-Bretagne et certains autres Etats membres de l'Union européenne étant ouvertement hostiles à une taxe sur les transactions financières, l'Allemagne ne sera pas en mesure d'en imposer une au niveau européen.

Madeline Chambers, Marine Pennetier pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...