Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Hollande veut 120 milliards de relance, des eurobonds plus tard

Marché : Hollande veut 120 milliards de relance, des eurobonds plus tard

Hollande veut 120 milliards de relance, des eurobonds plus tardHollande veut 120 milliards de relance, des eurobonds plus tard

PARIS (Reuters) - François Hollande souhaite que 120 milliards d'euros soient consacrés à la relance économique en Europe d'ici fin 2012, le projet d'euro-obligations - rejeté par l'Allemagne - étant désormais envisagé à long terme, écrit le Journal du Dimanche.

L'hebdomadaire cite le mémorandum soumis par le président français à ses partenaires européens en vue du Conseil européen des 28-29 juin qui vise à enrayer la crise dans la zone euro.

Les sommes envisagées par la France et leur provenance reflètent globalement les projets discutés actuellement par les dirigeants et les administrations européennes. Le chiffre de 100 milliards d'euros a été évoqué à plusieurs reprises.

"Des mesures de croissance à effet rapide, à hauteur de 120 milliards d'euros, devraient être décidées par le Conseil européen dès juin", écrit François Hollande dans ce "Pacte pour la croissance en Europe" de onze pages, écrit le JDD.

"Elles devraient être développées avant la fin de l'année avec en particulier la création d'une taxe sur les transactions financières. Enfin, elles devraient être accompagnées de mesures pour l'emploi, en premier lieu en faveur des jeunes", poursuit-il.

Selon la partie française, une part "significative" d'un total de 55 milliards d'euros de fonds structurels disponibles serait débloquée d'ici à la fin de l'année.

La Banque européenne d'investissement serait recapitalisée de 10 milliards d'euros et irait emprunter sur les marchés pour prêter 60 milliards d'euros pour des projets d'infrastructures.

Des "project bonds" pour 4,5 milliards d'euros seraient créés avant la fin de l'été, poursuit le JDD, ajoutant que "le chef de l'État propose d'aller, à échéance plus lointaine, jusqu'à 10 milliards d'euros".

Quant aux euro-obligations, la France a accepté la logique allemande, qui considère qu'une plus forte intégration économique est un préalable indispensable à ces émissions d'emprunts communs, et "elle propose que les eurobonds soient inscrits dans 'une feuille de route pour les dix prochaines années'", écrit le JDD.

Jean-Baptiste Vey

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...