Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Goldman sachs voit des occasions dans les valeurs auto d'europe

Marché : Goldman sachs voit des occasions dans les valeurs auto d'europe

Goldman sachs voit des occasions dans les valeurs auto d'europeGoldman sachs voit des occasions dans les valeurs auto d'europe

(Reuters) - Les valeurs automobiles européennes sont appelées à offrir sur les trois prochaines années des rendements en hausse grâce à une meilleure gestion des entreprises du secteur et à l'essor d'une clientèle de classe moyenne dans les pays émergents, estime Goldman Sachs dans une note.

L'intermédiaire reste optimiste pour le secteur bien que les constructeurs généralistes soient à la peine sur un marché européen en berne, et prévoit un retour sur capital investi de 10,8% sur la période 2012-2014, contre 6,4% sur la décennie écoulée.

"Le processus du réalignement économique mondial et la création d'une nouvelle classe moyenne, en particulier dans les pays émergents, entraînera structurellement une croissance moyenne des ventes mondiales supérieure", explique-t-il.

Goldman Sachs ajoute Volkswagen, le premier constructeur automobile européen, à sa liste des valeurs à acheter en priorité ("conviction buy"), où figure déjà Faurecia à qui va sa préférence parmi les équipementiers.

Il abaisse de 3% en moyenne son objectif de cours sur Renault, Porsche et Daimler pour refléter la volatilité et l'incertitude qui règnent sur le marché.

A 13h00, l'indice DJ Stoxx des valeurs automobiles européennes perdait 0,8%. Volkswagen abandonnait 1,8%, Renault 1,7% et PSA Peugeot Citroën 0,9%.

Volkswagen, relève Goldman Sachs, est le mieux positionné en raison se son exposition internationale plus forte et d'un potentiel de réductions de coûts plus important au vu de l'échelle du groupe.

Parmi les constructeurs français, l'intermédiaire maintient sa recommandation à "neutre" sur Renault et à "vendre" sur PSA.

Citi, dans une note également diffusée vendredi, estime de son côté que PSA, premier constructeur français et numéro deux européen, ne peut être accusé d'inaction, notamment du fait de son alliance avec General Motors, mais que ces mesures "ne suffisent toujours pas à régler les problèmes liés au positionnement des produits et à la géographie des marchés auxquels PSA est exposé."

Parmi les grands groupes généralistes, Citi préfère Renault à PSA en raison de la structure financière actuellement plus solide du premier.

Concernant les fabricants de pneumatiques, Goldman Sachs relève sa recommandation sur Nokian à "achat" et sur Michelin à "neutre" en raison notamment de la détente observée des coûts des matières premières.

Rachel Chitra, avec Gilles Guillaume pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...