Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Fmi et hongrie n'en sont pas encore à discuter d'un prêt

Marché : Fmi et hongrie n'en sont pas encore à discuter d'un prêt

tradingsat

par A. Ananthalakshmi

WASHINGTON/BUDAPEST (Reuters) - Le Fonds monétaire international (FMI) a besoin de constater que des "démarches tangibles" sont entreprises par la Hongrie pour stabiliser son économie avant d'entamer des négociations en vue d'une aide internationale, a déclaré vendredi la directrice générale du FMI Christine Lagarde.

Dans un communiqué publié après un entretien avec le ministre chargé des négociations avec le FMI pour la Hongrie, Tamas Fellegi, elle a également estimé que le soutien des autorités et des institutions européennes à Budapest est essentiel pour que les négociations aient lieu.

"Nous comprenons tout à fait et nous nous sommes accordés sur cette question avec les experts du FMI pour dire que la Hongrie a besoin de suivre des politiques qui renforcent la confiance des marchés, l'économie hongroise et les institutions hongroises afin de jeter les bases d'une croissance viable", a déclaré Tamas Felligi.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a annoncé jeudi que son gouvernement était prêt à accepter une modification de sa politique en contrepartie d'un accord de financement international, tout en invitant le FMI et l'Union européenne à fournir des "arguments et non des opinions".

Après avoir été reléguée en catégorie spéculative par les trois grandes agences de notation au cours des deux derniers mois, la Hongrie a vu ses coûts de financement s'envoler et sa monnaie chuter.

Cette évolution a contraint Viktor Orban à solliciter fin novembre l'aide du FMI et de l'UE alors qu'il s'était montré jusque-là farouchement opposé à une telle solution.

La pression internationale s'est accentuée sur l'équipe au pouvoir à Budapest, la Commission européenne ayant menacé le pays de représailles s'il ne modifiait pas une série de lois controversées, dont celle qui, aux yeux de Bruxelles, menace l'indépendance de la banque centrale.

L'exécutif européen estime également que la Hongrie n'avait pas fourni assez d'efforts pour corriger son déficit public, ajoutant que le pays pourrait perdre son accès aux comptes structurels s'il ne faisait pas ce qu'il fallait pour réduire son déficit.

Tamas Felligi a déclaré qu'il rencontrerait ses partenaires européens la semaine prochaine pour aplanir leurs divergences.

"Le calendrier est approprié (...) et il est dans l'intérêt des marchés et dans l'intérêt de l'économie hongroise que les négociations se déroulent dès que possible", a-t-il ajouté.

Christine Lagarde a souligné qu'il était indispensable que le Hongrie obtienne un soutien des autorités et des institutions européennes avant que des discussions puissent commencer.

L'espoir d'un accord a permis au forint hongrois de toucher un plus haut de deux semaines jeudi.

Lesley Wroughton, Catherine Monin et Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...