Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Fitch déclasse chypre, qui propose un plan d'austérité

Marché : Fitch déclasse chypre, qui propose un plan d'austérité

Fitch déclasse chypre, qui propose un plan d'austéritéFitch déclasse chypre, qui propose un plan d'austérité

par George Psyllides

NICOSIE (Reuters) - Le gouvernement chypriote a présenté mercredi un plan d'austérité de 600 millions d'euros pour lutter contre son déficit public dont l'ampleur pourrait le forcer à solliciter une aide extérieure.

Fitch Ratings a dans le même temps annoncé avoir abaissé de deux crans sa note sur Chypre, de "A-" à "BBB", avec perspective négative, en estimant probable que le pays appelle à l'aide pour assurer ses besoins en financement, ce qui en ferait le quatrième membre de la zone euro à demander un plan de sauvetage international.

"La dégradation de deux crans de la note de Chypre reflète les dérapages budgétaires présents et à venir et l'hypothèse de Fitch que le gouvernement ne sera pas en mesure d'avoir accès au marchés internationaux de capitaux pour refinancer des titres de dettes arrivant à maturité au second semestre 2011 et au premier semestre 2012", écrit l'agence de notation.

Le déclassement par Fitch, dont la note est désormais deux crans au-dessus de la catégorie spéculative, intervient quelques semaines après ceux de Moody's et de Standard & Poor's.

Fitch a désormais l'opinion la plus négative de Chypre puisque la note de Moody's, à Baa1, à laquelle est attachée une perspective négative, est située trois crans au-dessus de la catégorie "junk", tout comme celle de Standard & Poor's.

RAMENER LE DÉFICIT À 2,5% DU PIB

Le programme d'austérité présenté par le ministre des Finances, Kikis Kazamias, vise à ramener le déficit public à 2,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2012.

Son adoption n'est pas garantie, le nouveau gouvernement communiste ne disposant plus de la majorité au parlement.

Et avec une grave crise énergétique qui s'ajoute à l'accroissement du déficit public - 3,47% au premier semestre - les autorités auront du mal à atteindre l'objectif fixé de ramener cette année le déficit à 4% du PIB au maximum, après 5,3% en 2010.

Les principales mesures d'austérité présentées sont une hausse de deux points de la TVA, à 17%, le passage de 30% à 35% du taux de prélèvement pour les contribuables gagnant au moins 60.000 euros par an et une augmentation de la taxation des intérêts bancaires.

"Avec les rentrées d'argent que permettra l'adoption des mesures que nous proposons dans ce premier plan, d'environ 600 millions d'euros (...), le déficit public en 2012 s'établira à 2,5%", a dit Kikis Kazamias.

Dans la fonction publique, les traitements seront gelés pendant trois ans et les recrues entameront leur carrière avec des traitements moins élevés et des charges sociales plus lourdes, a-t-il ajouté.

Les centristes du Parti démocrate, qui se sont retirés du gouvernement de coalition la semaine dernière, ont déjà prévenu qu'ils voteraient contre ces mesures dans la fonction publique. Il y a deux semaines, les négociations entre partis sur le plan d'austérité ont échoué.

Dans son communiqué, Fitch prévient pour sa part qu'elle pourrait dégrader encore la note de Chypre en cas de nouveaux dérapages budgétaires et d'absence de volonté politique de mise en oeuvre de mesures d'austérité.

Le précédent gouvernement avait présenté sa démission le 28 juillet après l'explosion d'un stock d'armes qui a fait 13 morts et provoqué une crise politico-économique.

Peu après sa nomination la semaine dernière, Kikis Kazamias avait déclaré que le pays n'avait pas besoin d'un plan d'aide international. Mais la banque centrale et Bank of Cyprus, première banque du pays, ont dit craindre que le pays n'y soit contraint.

Un plan d'aide à Chypre ne grèverait toutefois pas les budgets des 17 membres de la zone euro, les besoins de financement de Nicosie ne dépassant pas deux milliards d'euros pour 2011. L'économie chypriote contribue pour 0,2% au PIB de la zone.

Clément Guillou et Benoît van Overstraeten pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...