Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Fiat prévoit de doper sa part de marché en europe au 2e semestre

Marché : Fiat prévoit de doper sa part de marché en europe au 2e semestre

tradingsat

ROME (Reuters) - Fiat a déclaré mercredi prévoir que sa marque phare améliorera sa part du marché automobile en Europe au second semestre 2011, après avoir surpris les investisseurs en réduisant son endettement plus rapidement que prévu au premier trimestre.

La bonne tenue des ventes au Brésil et dans les petits utilitaires a permis de compenser la faiblesse des ventes de voitures en Europe. Le constructeur italien s'attend néanmoins à ce que sa part de marché sur le Vieux continent, actuellement à 7,1%, s'accroisse sur les six derniers mois de l'année.

Fiat, qui a introduit en Bourse son activité camions et tracteurs en janvier, a réduit son endettement net à 489 millions d'euros à la fin du premier trimestre contre 815 millions attendu par les analystes, selon un consensus diffusé par Fiat.

Le titre du constructeur a accéléré ses gains après ces annonces pour progresser de plus de 4,69% contre un gain de 3,9% de l'indice Stoxx sectoriel vers 17h00.

"Le chiffre d'affaires a bénéficié de l'effet Brésil mais les actions montent parce que l'endettement net a baissé", a déclaré Eric Hauser, analyste au Crédit suisse. La dette nette de Fiat ressortait à 542 millions d'euros à la fin 2010.

Pour les analystes, l'objectif d'un endettement net compris dans une fourchette de 1,5 à 1,8 milliard d'euros en 2011 a de bonnes chances d'être atteint par le groupe automobile qui l'a confirmé comme ses autres objectifs de l'année.

REX SUPÉRIEUR AUX ATTENTES

Fiat a fait état d'un bénéfice d'exploitation supérieur à ses propres attentes au titre du premier trimestre, à 251 millions d'euros contre 245 millions attendus.

Le bénéfice net du constructeur automobile italien est en revanche inférieur aux prévisions internes du groupe, avec 37 millions d'euros contre 75 millions attendus.

Sa part de marché au Brésil, où Fiat est leader depuis 37 trimestres, devrait rester stable en 2011 par rapport à l'an dernier. Elle ressortait à environ 22% à fin mars.

Le groupe prévoit également que sa marque Alfa Romeo fera son retour sur le marché américain avec un nouveau modèle en 2012.

Dans son communiqué, Fiat n'a pas fait référence aux difficultés d'approvisionnement qui ont frappé certains de ses concurrents depuis le séisme et le tsunami qui s'en est suivi au Japon.

Le constructeur a dû réduire la gamme des couleurs de ses véhicules proposée à ses clients en raison de l'impossibilité d'obtenir les pigments correspondant de ses fournisseurs japonais, ont toutefois déclaré des responsables du constructeur à Reuters.

PSA Peugeot Citroën a indiqué mercredi que la forte demande dans les marchés émergents lui avait permis de compenser les conséquences de ses problèmes d'approvisionnement au Japon et de réaliser une progression plus forte qu'attendu de son chiffre d'affaires.

PAS DE DÉTAILS SUR CHRYSLER

Fiat n'a pas donné de détails sur ses projets d'acquisition d'une participation majoritaire dans le troisième constructeur automobile américain Chrysler, dont il contrôle déjà 30% du capital. L'administrateur délégué Sergio Marchionne, qui avait orchestré la prise de participation dans Chrysler en 2009, pourrait toutefois donner des précisions lors d'une téléconférence avec des analystes financiers mercredi après-midi.

Marchionne, qui assure la direction générale de Fiat et de Chrysler, cherche à refinancer 7 milliards de dollars de dettes de Chrysler avec les autorités américaines et canadiennes et Fiat pourrait prendre 16% supplémentaire du capital de Chrysler dans le cadre de ce processus.

Fiat s'attend à devoir débourser 1,5 milliard d'euros environ pour cette participation supplémentaire, selon les informations recueillies vendredi par Reuters auprès de sources proches du dossier.

Fiat prendrait 5% supplémentaire du capital de Chrysler dans le courant du quatrième trimestre de cette année sous réserve de la réalisation de certains objectifs définis avec le gouvernement américain lors de la prise de participation initiale en 2009 dans le cadre du plan de sauvetage de Chrysler. Fiat n'aurait rien à débourser pour ces 5% supplémentaires du capital.

Bureau de Milan, Gregory Schwartz et Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...