Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : "Volonté politique" pour créer une union bancaire

Europe : "Volonté politique" pour créer une union bancaire

Europe : Europe :

par Luke Baker

OSLO (Reuters) - Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne donneront sans doute leur bénédiction à la Banque centrale européenne (BCE) dans son rôle de superviseur unique des banques de la zone euro cette semaine, ont déclaré des hauts fonctionnaires européens lundi.

Les leaders de l'UE se rencontreront jeudi et vendredi à Bruxelles, leur dernière réunion de l'année, dans le but de donner jour à une "union bancaire" à travers la zone euro et l'Union européenne, bâtie autour de la BCE.

Selon les hauts fonctionnaires, ces derniers parviendront à un "accord politique" sur cette union, dont les détails techniques seront définis l'an prochain.

"J'espère toujours et en fait je suis à peu près sûr que nous trouverons une solution sur le cadre juridique avant Noël, avant la fin de l'année", a déclaré à la presse le président du Conseil européen Herman Van Rompuy, venu à Oslo recevoir le Prix Nobel de la Paix au nom de l'Union européenne.

"Il y a encore du travail à accomplir mais tout me porte à croire qu'il y a une volonté politique de trouver une solution pour le mécanisme de surveillance unique".

L'Allemagne est l'un des principaux obstacles au principe d'octroyer à la BCE un pouvoir de surveillance sur les banques de la zone euro.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble s'interrogeait, la semaine dernière, sur la façon dont la BCE pourrait assumer à la fois ses responsabilités monétaires et celle de surveiller 6.000 banques.

De fait, les caisses d'épargne et banques régionales allemandes n'ont pas tellement envie de rendre des comptes à la BCE alors qu'elles entretiennent des relations étroites avec le régulateur bancaire du pays.

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE avaient déclaré en juin, et confirmé en octobre, leur engagement à définir d'ici la fin de l'année le cadre juridique d'une autorité de supervision unique de façon à permettre à la BCE d'assumer progressivement cette nouvelle responsabilité dans le courant de l'an prochain.

L'objectif serait d'avoir une BCE pleinement opérationnelle au 1er janvier 2014, les banques en difficulté pouvant alors être en principe directement recapitalisées par le fonds de sauvetage de la zone euro.

Le président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso estime que les leaders de l'UE ne peuvent se payer le luxe d'atermoyer. "J'exhorte les gouvernement à s'entendre sur la base de la proposition de la Commission européenne pour une union bancaire, la première étape en étant précisément ce mécanisme de surveillance unique".

"Le risque est là, à savoir qu'en raison d'une situation relativement plus calme sur les marchés, nous avons eu le sentiment ces derniers mois que certaines capitales n'avaient sans doute plus autant ce sentiment d'urgence", a-t-il ajouté.

"L'élément crucial est que les marchés financiers n'aient plus de doutes sur la détermination de la zone euro à faire tout le nécessaire pour préserver la stabilité financière".

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...