Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Visa rachète Visa Europe pour contrer MasterCard

Europe : Visa rachète Visa Europe pour contrer MasterCard

Europe : Visa a racheté de Visa Europe pour 16,5 milliards d'eurosEurope : Visa a racheté de Visa Europe pour 16,5 milliards d'euros

par Richa Naidu et Sudarshan Varadhan

(Reuters) - Visa Inc a annoncé lundi le rachat de son ex-filiale Visa Europe pour une somme qui pourrait atteindre 21,2 milliards d'euros, ce qui doit le placer en meilleure position pour concurrencer MasterCard en Europe.

Visa Inc et Visa Europe, une coopérative de banques européennes représentant plus de 500 millions de cartes de paiement, faisaient partie d'un réseau international détenu par des banques jusqu'en 2007. La plupart des filiales ont ensuite fusionné au sein de Visa Inc, cotée en Bourse depuis 2008, tandis que Visa Europe restait une entité distincte.

L'opération annoncée lundi permettra de regrouper l'ensemble des réseaux mondiaux de Visa.

Plus de 3.000 sociétés au niveau mondial devraient tirer un avantage de la transaction annoncée lundi.

Visa, leader mondial des cartes de paiement, a précisé qu'il verserait un montant initial de 16,5 milliards d'euros, susceptible d'être complété d'un paiement supplémentaire de 4,7 milliards d'euros au plus en fonction d'objectifs de chiffre d'affaires, quatre ans après la conclusion de la transaction.

Le premier versement comprendra 11,5 milliards d'euros en numéraire et des actions préférentielles convertibles en actions ordinaires Visa Inc de catégorie A pour un montant de cinq milliards d'euros.

Pour financer la part de l'opération payable en numéraire, Visa va émettre des obligations pour un montant de 15 à 16 milliards de dollars, une émission qui lui permettra aussi de d'augmenter de cinq milliards de dollars son programme de rachats d'actions ordinaires A en 2016 et 2017 afin de compenser l'impact de l'émission d'actions préférentielles.

"Le prix payé par Visa se révèle plus élevé que prévu", estime Gil Luria, analyste de Wedbush Securities, précisant qu'on s'attendait à ce que Visa verse 20 à 21 milliards de dollars.

Un avis que semble partager le marché dans la mesure où, à Wall Street, l'action Visa perd 2,93% à 75,31 dollars peu avant 17h00 GMT.

"Il est probable que Visa augmentera les prix pour s'aligner sur ceux de MasterCard en Europe", ajoute Gil Luria. Le directeur général de Visa, Charlie Scharf, s'est, de ce point de vue, refusé à toute précision.

Visa Europe détenait une part de marché de 52,2% en Europe en 2013, sur la base de la valeur des paiements, selon son site internet.

LE BÉNÉFICE PAR ACTION SOUS LE CONSENSUS

L'opération sera sans doute dilutive pour le bénéfice ajusté de l'exercice fiscal 2016 mais elle aurait un impact positif sur le chiffre d'affaires et les profits en 2017, a précisé le groupe américain.

L'intégration de Visa Europe devrait se traduire dans les comptes par des charges exceptionnelles de 450 à 500 millions de dollars sur une période de trois à quatre ans.

Parmi les actionnaires actuels de Visa Europe, Barclays, la banque la plus active du réseau, devrait être le premier bénéficiaire de cette transaction, estime Chirantan Barua, analyste de Bernstein, dans une note.

La banque britannique a dit tabler sur une plus-value imposable d'environ 400 millions de livres (560 millions d'euros) l'an prochain. Selon une source au fait du dossier, Barclays pourrait recevoir jusqu'à 1,2 milliard d'euros.

La société de services de paiements Worldpay compte de son côté empocher 1,249 milliard d'euros et Lloyds pense dégager une plus-value avant impôt d'environ 300 millions de livres.

Visa a également publié lundi ses résultats du quatrième trimestre, qui font ressortir pour les trois mois à fin septembre un bénéfice net de 1,51 milliard de dollars, soit 62 cents par action A, contre 1,07 milliard (43 cents/action) un an auparavant. Le consensus Thomson Reuters I/B/E/S donnait un BPA de 63 cents.

Le directeur financier, Vasant Prabhu, a estimé lors d'une téléconférence que les transactions transfrontalières, soit celles réalisées par les porteurs de cartes de paiement en dehors du pays de l'émetteur desdites cartes, devraient encore manquer d'élan au premier semestre de l'exercice 2016.

La vigueur du dollar et les conditions macroéconomiques détermineront leur évolution du second semestre, a-t-il ajouté.

Visa anticipe par ailleurs une croissance du chiffre d'affaires net durant l'exercice 2016 comprise entre un peu plus de 5% et un peu moins de 15% à taux de change constants.

(avec Steve Slater et Rachel Chitra; Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...