Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Quels sont les risques si la Chine ou la Russie sombrent ?

Europe : Quels sont les risques si la Chine ou la Russie sombrent ?

Le poids réel des émergents est relativement faible (photo d'illustration)Le poids réel des émergents est relativement faible (photo d'illustration)

(Tradingsat.com) - Le récent coup de tabac sur les Bourses occidentales a mis clairement en lumière les difficultés des pays émergents. Mais selon une étude de Natixis, l'impact de la crise chinoise ou russe sur l'activité des entreprises allemandes ou françaises est bien moins important qu'on le croit.

Ce n'est un secret pour personne: les grands pays émergents s'essoufflent. Entre une Russie plombée par la chute du rouble et la baisse des prix du pétrole, un Brésil dont la croissance est en berne et une Chine dont les problèmes ont été exposés au grand jour avec la crise boursière la semaine dernière, un grand voile d'incertitudes en tous genres entoure ces économies.

Doit-on pour autant redouter que ces grands pays émergents, s'ils devaient chuter, entraînent dans leur sillage les économies développées? C'est la question que se posent les économistes de Natixis dans une récente note.

Un sujet d'autant plus important que de prime abord ces pays pèsent gros. Sylvain Broyer, l'économiste auteur de l'étude, rappelle que les pays émergents représentent presque 40% du PIB mondial (37% en PPA, parité de pouvoir d'achat, une unité construite de sorte à éliminer les aléas liés au coût de la vie dans les comparaisons internationales) et contribuent à 71% de la croissance mondiale. De plus, 29% des exportations des économies développées leur sont destinées, selon Natixis.

Des données trompeuses

Et pourtant ces chiffres sont quelque peu trompeurs. "Ils ne donnent pas la bonne mesure de la dépendance des économies développées aux économies émergentes", juge ainsi Sylvain Broyer dans sa note. D'une part, le poids dans le PIB en PPA reste une mesure artificielle car "il consiste à rapporter le PIB d'un pays au pouvoir d'achat intérieur. Comme le PIB contient des exportations, beaucoup pour un pays comme la Chine, et que le niveau de vie domestique dans les émergents est plus faible que dans la plupart des économies cibles de leurs exportations, le PIB PPA surestime le revenu produit par les émergents", explique-t-il.

D'autre part, il considère que le poids dans les exportations des pays émergents est également une mesure biaisée en raison "de l'éclatement de la chaîne de valeur". "Par exemple, la valeur ajoutée d'une... Pour lire la suite de l'article, cliquez ici.

Par Julien Marion

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...