Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Paris obtient un nouveau délai pour ramener son déficit sous 3%

Europe : Paris obtient un nouveau délai pour ramener son déficit sous 3%

Europe : Paris obtient un nouveau délai pour ramener son déficit sous 3%Europe : Paris obtient un nouveau délai pour ramener son déficit sous 3%

BRUXELLES (Reuters) - Les ministres des Finances de l'Union européenne, réunis mardi à Bruxelles, ont validé une nouvelle extension de deux ans du délai accordé à la France pour ramener son déficit public sous la limite des 3% de son produit intérieur brut, a annoncé un responsable européen.

Paris a désormais jusqu'en 2017 pour respecter la norme européenne, conformément aux recommandations formulées par la Commission européenne le mois dernier.

"L'extension de deux ans de la procédure de réduction du déficit de la France a été approuvée", a déclaré le responsable européen.

C'est la troisième fois depuis 2009 que la deuxième puissance économique de la zone euro obtient un sursis.

Dans ses préconisations, rendues publiques le 25 février, la Commission européenne avait proposé de repousser la date butoir de 2015 à 2017 en exigeant du gouvernement français davantage d'efforts de réduction du déficit public du pays.

Ce nouveau report n'est pas allé de soi, suscitant quelques grincements de dents parmi les partenaires européens de la France et jusque dans les rangs de la Commission.

Michel Sapin, le ministre français des Finances, a dit comprendre l'énervement de certains responsables européens mais expliqué qu'une réduction plus rapide du déficit aurait eu des conséquences graves pour toute la zone euro.

Au cours d'une réunion largement consacrée à la situation grecque, les ministres des Finances de la seule zone euro ont discuté lundi soir à Bruxelles de la recommandation de la Commission et du respect des règles budgétaires communautaires.

"Il y a eu un débat général au cours duquel ont été évoquées la rigueur et la souplesse (des règles), pas spécifiquement sur un pays particulier mais davantage en termes généraux", a rapporté le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem.

Dans un communiqué diffusé à l'issue de cette réunion, les ministres des Finances de l'Eurogroupe ont appelé la France à en faire davantage pour se conformer aux règles budgétaires et ont repris à leur compte l'exigence d'un effort additionnel équivalent à 0,2% du PIB que la Commission attend de la France pour 2015.

(Jan Strupczewski; Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...