Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Paris et helsinki pour des décisions rapides pour madrid

Europe : Paris et helsinki pour des décisions rapides pour madrid

Europe : paris et helsinki pour des décisions rapides pour madridEurope : paris et helsinki pour des décisions rapides pour madrid

PARIS (Reuters) - La France et la Finlande souhaitent que des solutions soient trouvées dans les prochaines semaines pour résoudre les problèmes de financement de la Grèce et de l'Espagne, a déclaré mardi François Hollande.

"Sur les dossiers de l'Espagne et de la Grèce, nous avons souhaité qu'il puisse y avoir des décisions qui pourraient être prises dans les prochaines semaines, a-t-il déclaré après avoir rencontré le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen.

Selon des sources interrogées par Reuters, l'Espagne est prête à demander l'aide de la zone euro pour consolider ses finances publiques mais l'Allemagne préférerait que Madrid attende encore.

Une demande d'aide espagnole est jugée nécessaire par de nombreux pays et par certains investisseurs car elle permettrait à la Banque centrale européenne (BCE) de mettre en oeuvre son plan d'achat d'obligations d'Etat, censé faire baisser les coûts de financement des pays en difficulté.

"Nous avons confiance dans la zone euro, nous sommes convaincus que c'est un espace qui peut retrouver sa stabilité", a aussi jugé le président français.

"Tous les instruments sont là et, si nous le voulons, d'ici la fin de l'année nous pouvons passer à une autre étape de la construction monétaire de l'Europe, la construction économique", a poursuivi le président, rappelant l'attachement de la France à créer une union bancaire.

Les déclarations de François Hollande interviennent alors que la Grèce a entamé de nouvelles discussions avec ses créanciers internationaux.

Un accord entre les différentes parties doit être trouvé avant une réunion cruciale des ministres de la zone euro qui aura lieu la semaine prochaine.

Le gouvernement grec a présenté lundi un budget d'austérité destiné à convaincre l'Union européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) de lui verser une nouvelle tranche d'aide.

Au terme d'un tête-à-tête d'environ une heure, François Hollande et Jyrki Katainen ont par ailleurs rappelé leur volonté de développer un marché numérique unique et à développer leur coopération en matière de nucléaire civil.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...