Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Ouverture en baisse des Bourses en Europe

Europe : Ouverture en baisse des Bourses en Europe

Europe : Ouverture en baisse des Bourses en EuropeEurope : Ouverture en baisse des Bourses en Europe

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse jeudi après deux séances consécutives de gains dans un contexte de prudence avant la publication d'indicateurs macroéconomiques de premier plan et d'un flot de résultats trimestriels tandis que la persistance des tensions en Ukraine et à Gaza continue de peser.

À Paris, le CAC 40 cède 0,19%, soit 8,45 points, à 4.367,87 points vers 09h30. À Francfort, le Dax recule de 0,35% et à Londres, le FTSE perd 0,25%. L'indice EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst 300 sont respectivement en baisse de 0,31% et 0,11%.

La Bourse de Tokyo, affectée par la chute inattendue des exportations japonaises, a terminé en baisse de 0,24%.

Mercredi, Wall Street a terminé hésitante, avec un Dow Jones en baisse mais un nouveau record de clôture pour le S&P 500, coincée entre des résultats d'entreprises jugés globalement bons et la persistance de tensions géopolitiques.

Le scénario pourrait se répéter jeudi à cette différence près que l'agenda des indicateurs est plus chargé de part à d'autre de l'Atlantique.

Premier soutien à la consolidation des gains des deux dernières séances, La Chine a enregistré une nette amélioration inattendue de son activité manufacturière en juillet, qui a connu sa croissance la plus rapide depuis 18 mois, selon l'indice provisoire HSBC/Markit des directeurs d'achats.

L'activité en France dans le secteur privé, dont les chiffres ont été publiés à l'ouverture des marchés, s'est une nouvelle fois contractée en juillet mais à un rythme plus lent qu'en juin grâce à un rebond dans les services, selon les premières estimations "flash" des indices Markit des directeurs d'achats publiés jeudi. Le recul s'est en revanche accentué dans le secteur manufacturier.

A contrario, en Allemagne, le rythme des entreprises s'est accentué en juillet, dans le sillage d'un secteur des services dont le rythme d'activité est au plus haut depuis trois ans, ce qui laisse penser que la première économie européenne pourrait reprendre de la vigueur au troisième trimestre.

Les investisseurs attendent également les indices PMI pour la zone euro qui pourraient les éclairer sur la vigueur de la reprise dans la région.

Les Etats-Unis prendront le relais dans l'après-midi avec les inscriptions hebdomadaires au chômage, les ventes de logements neufs et enfin l'indice flash PMI manufacturier.

Sur le front géopolitique, les ministres des affaires étrangères de l'Union européenne se réunissent à Bruxelles pour évoquer un éventuel durcissement des sanctions contre la Russie, une semaine après la destruction du Boeing de Malaysia Airlines qui a vraisemblablement été abattu par un missile alors qu'il survolait l'est de l'Ukraine.

Dans la bande de Gaza, le nombre de morts a dépassé 700 jeudi et au 17e jour de l'offensive israélienne aucun cessez-le-feu ne semble en vue mais certains espèrent une trève limitée.

L'agence fédérale américaine de l'aviation civile a levé jeudi son ordre de suspension de tous les vols opérés par des compagnies américaines vers l'aéroport international Ben Gourion à Tel Aviv.

En l'absence d'avancée notable sur les grands dossiers géopolitiques, les résultats trimestriels de société pourraient une nouvelle fois dicter la tendance.

Après avoir publié des résultats légèrement en deça des attentes, BASF perd près de 2%.

Le leader européen du bricolage Kingfisher abandonne plus de 7% après avoir fait savoir que ses marchés avaient été moins actifs que prévu au deuxième trimestre, surtout en juin et particulièrement en France et en Pologne.

Unilever a également déçu les investisseurs et cède environ 2% dans les premiers échanges. Le géant anglo-néerlandais des produits de consommation courante a publié un chiffre d'affaires inférieur au consensus au deuxième trimestre.

EasyJet cède 3,7% après avoir annoncé que son bénéfice annuel ressortirait en hausse d'au moins 14% en l'absence de perturbation significative au cours des deux prochain mois.

A la hausse, Nokia grimpe de plus de 7% après avoir relevé les perspectives de sa division Réseaux.

A Paris, Ipsos dégringole plus de 15% après avoir révisé à la baisse ses prévisions 2014 et Technip lâche plus de 6% après ses semestriels. Dassault Systèmes a ouvert en hausse de 5% après ses résultats semestriels et le rachat de Quintiq.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...