Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les valeurs bancaires plongent à nouveau en europe

Europe : Les valeurs bancaires plongent à nouveau en europe

tradingsat

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - Les valeurs bancaires européennes chutent à nouveau lourdement lundi, analystes et investisseurs redoutant que les banques d'Europe ne soient contraintes de passer des provisions ou dépréciations supplémentaires sur les titres de dette d'Etat de la zone euro, ce qui les obligerait ensuite à augmenter leurs fonds propres.

Ce débat sur un besoin de recapitalisation du secteur bancaire européen divise la communauté financière.

Le Fonds monétaire international (FMI) estime que les banques européennes ont besoin d'une recapitalisation substantielle et chiffre à 200 milliards d'euros le manque de fonds propres des banques du Vieux Continent.

Mais responsables politiques et dirigeants bancaires européens font bloc et excluent tout besoin de recapitalisation massive.

Le président de BNP Paribas, Michel Pébereau, a encore exclu lundi l'idée qu'il faille recapitaliser le système bancaire européen dans son ensemble.

Vers 13h00, l'indice bancaire européen chutait de 5,3%.

"C'est à cause de tout ce climat d'incertitudes autour des fonds propres des banques, de la dette souveraine, de la liquidité, du coût de la liquidité que le secteur bancaire est aujourd'hui quasiment ininvestissable", estime un analyste financier basé à Paris, sous couvert d'anonymat.

"En clair, je pense que sur la Grèce, les banques vont devoir prendre des provisions supplémentaires, surtout après les déclarations de ces derniers jours comme quoi la trajectoire de la dette (grecque, NDLR) était incontrôlable."

"Il faudrait que les gouvernements commencent à bouger. Il faut forcer les banques à prendre de nouvelles pertes sur le souverain, et après on recapitalise", souligne un autre analyste financier basé à Londres, qui n'a pas souhaité être nommé.

"La difficulté est de savoir quand déclencher la recapitalisation des banques."

ENQUÊTE AUX ÉTATS-UNIS

"Les pouvoirs publics doivent clarifier rapidement la situation des banques", écrivent de leur côté les analystes de CM-CIC Securities dans une note de recherche.

"Les autorités doivent légiférer et donner un cadre clair qui permettra aux banques de reprendre leur activité sans vivre avec une 'épée de Damoclès' au-dessus de la tête."

Les analystes financiers soulignent aussi que les banques européennes vont désormais devoir diversifier leurs sources de refinancement, les fonds monétaires européens ayant réduit leurs investissements dans le secteur bancaire européen.

Parmi les plus fortes baisses, les titres de la banque allemande Deutsche Bank et de la française Société générale chutent de près de 9%.

Outre la crise de la dette souveraine dans la zone euro, ces deux banques font aussi partie de la liste des 17 grandes banques internationales visées par une plainte de l'agence fédérale américaine de supervision des prêts hypothécaires (Federal Housing Finance Agency) pour leur rôle présumé dans la crise des subprimes.

A Paris, BNP Paribas et Crédit agricole, très exposés à l'Italie que les investisseurs jugent menacée d'être touchée à son tour par la crise de la dette, abandonnent respectivement 7,59% et 6,53%.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...