Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les valeurs bancaires plombent les Bourses européennes

Europe : Les valeurs bancaires plombent les Bourses européennes

Europe : Les valeurs bancaires plombent les Bourses européennesEurope : Les valeurs bancaires plombent les Bourses européennes

par Alexandre Boksenbaum-Granier

PARIS (Reuters) - Les valeurs bancaires européennes chutent lourdement lundi matin, entraînant dans leur sillage les Bourses du Vieux Continent, suite au plan de sauvetage financier de Chypre négocié dans la nuit de vendredi à samedi par les ministres des Finances de la zone euro.

Le plan de sauvetage de Chypre prévoit d'imposer une taxe sur les dépôts bancaires dans l'île censée permettre de récolter 5,8 milliards d'euros et de renflouer le pays à hauteur de 10 milliards d'euros.

A 10h08, l'indice Stoxx des banques de la zone euro recule de 3,45%, Unicredit chutant de 5%, Société générale de 4,5% et Espirito Santo de 3,6%.

La Bourse de Paris abandonne 1,16%, celle de Londres 0,9% et Francfort 1,1%. L'indice EuroStoxx 50, qui regroupe les principales valeurs de la zone euro, cède 1,53%. La Bourse de Nicosie est, elle, fermée, ce lundi étant un jour férié à Chypre.

La taxe envisagée sur les dépôts bancaires suscite une vive inquiétude, les investisseurs craignant que cette décision inédite ne crée un précédent.

"Si l'effet d'une telle décision devrait être limité pour les autres périphériques, cela crée un risque important et les déposants pourraient devenir beaucoup plus méfiants dans d'autres pays à l'avenir", explique un trader en poste à Paris.

"PANIQUE BANCAIRE"

Avec son plan, l'Union européenne a indiqué qu'elle préférait taxer les dépôts dans les banques plutôt que de laisser l'endettement d'un pays devenir insoutenable, observe de son côté UBS.

"Cela constitue clairement un catalyseur pour une panique bancaire à un moment où l'effet d'une telle situation est le plus susceptible d'avoir des conséquences catastrophiques pour l'économie concernée, ce qui, en retour, pourrait accroître la difficulté d'une résolution" de la crise, ajoute le broker dans une note.

Les Chypriotes se sont d'ailleurs rués sur les distributeurs bancaires qui ont été vidés en quelques heures et n'ont pu en général accéder à leurs comptes bancaires, mesure qui n'est pas de nature à calmer la population.

En outre, cette décision ravive les craintes sur un secteur déjà mis à mal par les précédents épisodes de la crise européenne dans d'autres pays de la région (Irlande, Portugal, Espagne, et Grèce).

"Deux semaines après les élections italiennes, la situation de Chypre est une nouvelle source de perturbation en modifiant de façon unilatérale la valeur des dépôts détenus dans les banques. Les modes d'ajustement changent et fragilisent potentiellement le déposant", souligne Philippe Waechter, directeur des études économiques de Natixis Asset Management.

Si la taxe de 9,9% pour les dépôts supérieurs à 100.000 euros et de 6,7% en deçà est votée lundi par le parlement, elle entrera en vigueur mardi.

Edité par Véronique Tison

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...