Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les places européennes dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les places européennes dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les places européennes dans le rouge à la mi-séanceEurope : Les places européennes dans le rouge à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes, hormis Londres, confirment leur tendance baissière à la mi-journée, un climat de prudence régnant d'autant plus que l'indice allemand du sentiment économique ZEW n'a pas été particulièrement brillant, éclipsant ainsi la bonne impression donnée en début de matinée par la forte hausse de la Bourse de Tokyo, soutenue par les dernières annonces de la Banque du Japon.

L'indice ZEW a baissé en février, reflétant des incertitudes sur la reprise économique aux Etats-Unis et sur les perspectives des marchés émergents à moyen terme, alors que les économistes l'attendaient stable.

Les futures sur indices laissent par ailleurs prévoir une ouverture étroitement irrégulière de Wall Street, fermée lundi pour le Presidents Day.

L'indice CAC 40 perd 0,40% à 4.317,67, tandis que le Dax cède 0,19% et que le FTSE prend 0,14%, soutenu par les bons résultats du groupe minier BHP Billiton, insuffisants toutefois pour maintenir dans le vert le secteur des ressources naturelles qui consolide après sa hausse de la veille.

L'Eurofirst 300 consolide (-0,38%), après voir progressé sur huit des neuf dernières séances, tandis que l'Eurostoxx 50 recule lui aussi de 0,38%.

Les économistes tempèrent toutefois la tendance européenne du moment et la déception de l'indice ZEW. "Même si les incertitudes vis-à-vis de la reprise restent élevées, il est certain que nous percevons moins de risques qu'il y a six mois environ", note Annalisa Piazza (Newedge Strategy).

Les vagues inquiétudes qui entourent encore les marchés émergents n'empêchent pas l'indice mondial de MSCI (+0,16%) de récupérer peu à peu le terrain perdu lors des dégagements de janvier.

Aux valeurs, Casino a publié mardi des résultats 2013 en hausse, une nouvelle fois portés par la progression de ses performances dans les pays émergents et a dit tabler sur un retour à la croissance organique de ses ventes en France en 2014.

L'action s'adjuge 4,48%, deuxième plus forte hausse en Europe, alors que le gain maximal (+4,66%) revient au groupe de BTP allemand Hochtief, dopé par une note d'études de Goldman Sachs sur le secteur. Cette même note provoque au contraire un recul de 3,1% de Lafarge, l'un des plus marqués en Europe et du CAC 40.

C'est Alstom qui accuse la perte la plus forte des valeurs européennes et du CAC 40, de 4,74%, les investisseurs s'inquiétant de la santé du spécialiste des infrastructures électriques et ferroviaires après que le journal Les Echos a évoqué un audit demandé par l'Etat et une augmentation de capital, au lendemain de la dépréciation de la participation de Bouygues.

Inditex, le distributeur de prêt-à-porter espagnol propriétaire de la marque Zara, subit la plus forte perte de l'indice EuroStoxx 50 (-2,56%). L'action a été déclassée par Citigroup, passé d'achat à neutre avec un objectif de cours ramené de 130 à 120 euros.

Air Liquide, qui a publié des résultats 2013 favorisés par une accélération de sa croissance aux Etats-Unis et en Chine ainsi que par des économies plus élevées que prévu, cède 1,03%, l'une des fortes pertes de l'EuroStoxx 50.

Sur le marché des changes, le yen est tombé à son plus bas de près de trois semaines contre le dollar et l'euro, affecté par les annonces de la Banque du Japon (BoJ). Cette dernière n'est pas revenue mardi sur une politique monétaire très généreuse et a prorogé un mécanisme d'aide au crédit bancaire censé stimuler la croissance économique.

Tirant parti d'un indice ZEW en demi-teinte, le contrat sur le Bund gagne 20 "ticks". Le rendement de l'emprunt grec à 10 ans évolue autour de ses plus bas.

Les comptes publics 2013 de la Grèce pourraient être meilleurs que prévu et Athènes pourrait respecter en mars les conditions posées à de nouveaux versements de ses bailleurs de fonds internationaux, ont déclaré lundi des responsables de la zone euro.

Le marché pétrolier est orienté à la hausse - et le Brent en particulier est revenu dans le vert - soutenu par une forte demande de fioul domestique en raison du climat polaire en Amérique du Nord et par des perturbations des approvisionnements libyens.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...