Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les marchés européens terminent dans le rouge

Europe : Les marchés européens terminent dans le rouge

Europe : Les marchés européens terminent dans le rougeEurope : Les marchés européens terminent dans le rouge

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge lundi, les tensions en Irak et en Ukraine limitant le goût du risque des investisseurs.

A la clôture en Europe, les marchés américains sont en baisse, limitée toutefois par la publication de statistiques américaines solides qui accentuent l'hypothèse d'une accélération de la croissance au deuxième trimestre.

À Paris, le CAC 40 a reculé de 0,73%, soit 33,23 points, à 4.510,05 points. Le Footsie britannique a perdu 0,34% et le Dax allemand 0,29%, tandis que les indices paneuropéens EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst 300 ont respectivement cédé 0,65% et 0,35%.

Il s'agit de la quatrième séance de baisse d'affilée pour la Bourse de Paris qui pâtit, comme les autres grandes places, de l'escalade de la violence en Irak, laquelle incite les investisseurs à opérer des prises de bénéfices après la hausse du marché des derniers mois.

La progression fulgurante des djihadistes sunnites de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), qui se sont emparés d'une partie du nord du pays la semaine dernière, a été stoppée sur le Tigre à une heure de Bagdad.

Les Etats-Unis ont dépêché dans le Golfe un porte-avions et se sont dits ouverts à des discussions avec l'Iran sur les moyens de contrer l'offensive des djihadistes en Irak.

Autre source de tension, la Russie, qui a cessé totalement de livrer du gaz à l'Ukraine après expiration de l'ultimatum fixé pour le remboursement d'une partie de la dette imputée à Kiev, selon le ministre ukrainien de l'Energie, Iouri Prodan.

La compagnie russe Gazprom a estimé qu'il existait des risques "non négligeables" pour le gaz destiné à l'UE qui transite par l'Ukraine.

Dans ce contexte géopolitique tendu, le baril de Brent oscille autour de 113 dollars, proche d'un plus haut de près de neuf mois, tandis que le brut léger américain est au-dessus du seuil de 107 dollars.

Du côté des valeurs, de nombreuses cycliques ont souffert des craintes des investisseurs. Alcatel-Lucent, plus forte baisse du CAC 40, a lâché 2,23%.

De son côté, Alstom a perdu 0,90%. Siemens et Mitsubishi Heavy Industries ont dévoilé juste avant la clôture en Europe leur projet d'alliance avec Alstom dans l'énergie, qui concurrence une offre ferme de rachat déposée par l'américain General Electric.

Le secteur des télécoms européen a cédé 0,97%, plus forte baisse sectorielle, dans le sillage de BT (-2,38%) pénalisé par une information de presse sur une réforme de système de retraite et de Telecom Italia (-4,2%), dont les actionnaires Mediobanca et Intesa Sanpaolo ont annoncé leur décision de sortir du pacte d'actionnaires dans l'opérateur italien. Orange a abandonné 1,74%.

Les banques de la zone euro ont reculé de 0,84%. Les tests de résistance que les banques européennes doivent passer cette année avant que la Banque centrale européenne (BCE) n'assume la responsabilité de la supervision du secteur se révéleront peut-être trop durs, craint Ewald Nowotny, membre du Conseil des gouverneurs de la BCE.

A contrario, BNP Paribas a avancé de 0,31%, rare hausse du CAC40. Selon le ministre des Finances, Michel Sapin, des progrès ont été faits pour que les sanctions de la justice américaine contre la banque française soient plus équitables.

(Mathilde Gardin pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...