Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les marchés européens ont limité leurs pertes en fin de séance

Europe : Les marchés européens ont limité leurs pertes en fin de séance

Europe : Les marchés européens ont limité leurs pertes en fin de séanceEurope : Les marchés européens ont limité leurs pertes en fin de séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont poursuivi leur glissade mardi, même si elles ont un peu limité leurs pertes en fin de séance, entraînées par un secteur bancaire en pleine tourmente.

À Paris, le CAC 40 a perdu 1,69% (68,77 points) à 3.997,54 points, sa première clôture sous les 4.000 points depuis octobre 2014. Le Footsie britannique a cédé 1,00% et le Dax allemand 1,11%.

L'indice EuroStoxx 50 a abandonné 1,75% tandis que le FTSEurofirst 300 a fini en baisse de 1,42% à un plus bas de clôture depuis septembre 2013.

Le repli est général sur les places mondiales. La Bourse de New York est comme la veille et la semaine dernière orientée à la baisse au moment de la clôture en Europe, tandis que la Bourse de Tokyo a plongé de plus de 5%.

Déjà fragilisé par un environnement de taux ultra-bas, le secteur bancaire suscite la défiance en raison des craintes liées au marché du crédit, notamment celui concernant les compagnies énergétiques confrontées à l'effondrement des cours du pétrole.

L'indice bancaire européen a ainsi abandonné 3,97% mardi.

Sur les 10 plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50, rassemblant les plus grandes valeurs de la zone euro, huit ont touché des valeurs financières, le recul le plus important étant subi par l'italienne UniCredit (-7,91%), encore plus fragilisée que les autres en raison des rumeurs circulant sur une prochaine mise à l'écart de son administrateur délégué.

Seul le secteur des ressources de base a fait pire que les bancaires avec une baisse de 5,38% à la suite d'une série d'abaissements d'objectifs de cours par Goldman Sachs. ArcelorMittal (-10,79%), plus forte baisse du CAC 40, a pour sa part pâti une nouvelle fois de changements de recommandation après l'annonce vendredi d'une augmentation de capital de trois milliards de dollars.

La rechute des cours du pétrole, avec un baril de Brent revenant vers les 32 dollars, a pénalisé le secteur de l'énergie, en baisse de 3,16%.

La fuite vers les valeurs refuge affaiblit le dollar, qui cède plus de 1% face à l'euro et repasse au-dessus de 1,13 pour un euro.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...