Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les etats de l'ue aideront les banques recalées aux stress-tests

Europe : Les etats de l'ue aideront les banques recalées aux stress-tests

tradingsat

par John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - Les pays de l'Union européenne s'apprêtent à promettre de soutenir les banques ayant échoué aux tests de résistance dans le cas où elles ne pourraient pas lever des capitaux dans les six mois, selon un projet de document préparé pour les ministres des Finances.

Le document interne, qui détaille la manière dont les Etats doivent répondre aux résultats des tests pour les banques relevant de leur autorité, décrit aussi comment l'Union européenne inscrira les établissements ayant failli échouer aux tests sur une liste de surveillance particulière dans le cas où leur situation continuerait à se détériorer.

Les ministres des Finances de l'UE se réunissent lundi et mardi à Bruxelles.

Daté du 7 juillet, le document donne aux banques jusqu'à la fin septembre au plus tard pour présenter un plan de rectification de leur situation financière. Elles se voient ensuite accorder trois mois supplémentaires pour le mettre en oeuvre.

"Dans le cas où les banques concernées sont incapables de mettre en oeuvre un plan crédible en fonds propres aux dates spécifiées, le est prêt à prendre les mesures nécessaires pour maintenir la stabilité financière", lit-on dans le document obtenu par Reuters.

"Les banques dont le ratio Core Tier 1 est très peu supérieur à la norme de 5% selon le scénario de stress feront l'objet d'une surveillance prudentielle renforcée de façon à faire en sorte qu'il n'y ait pas de détérioration imprévue de leur position en fonds propres."

L'Autorité bancaire européenne (ABE) devrait énumérer les banques jugées faibles à l'annonce des résultats des tests, probablement la semaine prochaine.

Les précédents tests de résistance avaient été jugés insuffisamment stricts.

La nouvelle série devra évaluer l'effet d'une récession ou d'une baisse des prix immobiliers sur les fonds propres "durs" des banques, qui sont l'élément de leur bilan censé permettre d'absorber les pertes, par exemple sur les prêts non remboursés.

Les tests mesureront aussi l'effet potentiel d'une perte de valeur de la dette souveraine détenue par les banques.

John O'Donnell, Danielle Rouquié et Gregory Schwartz pour le service français, édité par Benjamin Mallet

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...