Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes terminent en recul

Europe : Les Bourses européennes terminent en recul

Europe : Les Bourses européennes terminent en reculEurope : Les Bourses européennes terminent en recul

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé dans le rouge mercredi, plombées par la perspective de frappes aériennes occidentales ciblées contre Damas après l'utilisation présumée d'armes chimiques par le régime syrien.

À Paris, le CAC 40 a cédé 0,21% (-8,27 points) à 3.960,46 points. Le Footsie britannique a perdu 0,17% et le Dax allemand 1,03%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a reculé de 0,24% et le FTSEurofirst 300 0,28%.

Wall Street évoluait en légère hausse au moment de la clôture européenne, soutenu par la forte progression des valeurs pétrolières.

L'Irak et la Turquie ont placé leurs forces de sécurité en état d'alerte renforcée mercredi et à Damas, des experts des Nations unies se sont rendus en zone rebelle pour la deuxième fois en trois jours, afin d'enquêter sur l'attaque chimique présumée qui aurait fait plusieurs centaines de morts il y a une semaine.

L'indice européen des valeurs de l'énergie (+2,43%) a enregistré la plus forte progression sectorielle, bénéficiant de la flambée des cours du brut. Total a pris 2,61%, Eni 2,85% et Repsol 3,19%.

De son côté, Accor a cédé 4,43%, signant le plus fort repli du CAC 40, après avoir fait état mercredi d'une baisse de 6,4% de son bénéfice d'exploitation semestriel.

Dans le contexte d'incertitude actuel, les investisseurs privilégient les valeurs les moins risquées, ce qui fait grimper le billet vert face aux grandes monnaies mondiales.

"Les investisseurs réalisent que le dollar reste la monnaie la plus sûre en ce moment", explique David Starkey, analyste chez Cambridge Mercantile Group.

Le yen, également considéré comme une valeur refuge, a pâti des déclarations de Kikuo Iwata, gouverneur adjoint de la banque centrale, affirmant que celle-ci poursuivrait sa politique d'assouplissement quantitatif tant que l'inflation resterait inférieure à 2%.

Traditionnelle valeur-refuge, l'or se négocie autour de 1.420 dollars l'once après avoir touché en séance son plus haut niveau depuis le 14 mai à 1.433,31 dollars.

Le rendement des obligations américaines à 10 ans est également reparti en très légère hausse après le recul marqué de mardi mais reste proche de 2,76%.

Les cours du pétrole sont toujours orientés à la hausse et le contrat octobre sur le baril de Brent a atteint en séance un plus haut de six mois à 117,34 dollars, avant de repasser sous la barre des 116 dollars en fin de journée.

Selon un analyste, cette hausse pourrait se poursuivre jusqu'à 150 dollars dans le cas d'une contagion de la crise syrienne à l'ensemble du Moyen-Orient.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Marc Angrand

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...