Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes terminent en baisse

Europe : Les Bourses européennes terminent en baisse

Europe : Les Bourses européennes terminent en baisseEurope : Les Bourses européennes terminent en baisse

(Reuters) - Les principales Bourses européennes ont terminé en baisse, à l'exception de Francfort, lundi, au premier jour d'une semaine chargée en indicateurs qui sera dominée par la réunion de la Banque centrale européenne prévue jeudi.

À Paris, le CAC 40 a fini en baisse de 0,32%, soit 14,15 points, à points. Le Footsie britannique a cédé 0,2% et le Dax allemand a avancé de 0,18%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 et le FTSEurofirst 300 ont respectivement gagné 0,01% et 0,05%.

L'indice parisien affiche un gain de 0,71% sur le trimestre et de 2,94% sur le semestre.

A l'heure de la clôture en Europe, Wall Street évoluait indécise, après la publication d'indicateurs mitigés. La croissance de l'activité dans la région de Chicago a ralenti à un rythme supérieur aux attentes en juin tandis que les promesses de ventes ont crû en mai à un rythme largement supérieur aux prévisions.

"Nous continuons à penser que les marchés d'actions vont surperformer les autres catégories d'actifs étant donné leurs niveaux actuels. Nous pensons que les marchés d'actions offrent de meilleures opportunités que les marchés d'actions des pays émergents", a déclaré Henk Potts, stratège chez Barclays Wealth et Investment Management.

Dans un contexte d'incertitudes sur l'ampleur de la reprise économique, les investisseurs jouent la prudence avant le rapport clé sur l'emploi de juin prévu jeudi, à la veille de la journée fériée d'"Independence Day", et la réunion de la BCE.

Dans la zone euro, l'inflation s'est maintenue en juin à un bas niveau, proche de celui enregistré pendant la récession de 2009, tandis que les crédits aux entreprises et aux ménages se sont encore contractés en mai, , soulignant la précarité de la croissance économique dans la région.

De nombreuses valeurs cycliques et financières sont délaissées dans un tel contexte d'attentisme et avant les publications de résultats semestriels des entreprises.

L'indice des banques (-0,68%) enregistre la plus forte baisse sectorielle en Europe. Société générale et Deutsche Bank signent les deux plus fortes baisses de l'EuroStoxx 50 avec des reculs respectifs de 1,87% et 1,17%. Crédit agricole a abandonné 2,80%, lanterne rouge du CAC 40.

"Le secteur bancaire en général souffre d'un manque d'appétit cyclique des investisseurs. Les récents indicateurs économiques un peu plus faibles en Europe ont aussi suscité des doutes sur le fait que la reprise ait une forte dynamique. Les banques souffrent toujours de la fragilité structurelle de leur rentabilité", a déclaré Gerhard Schwarz, stratège chez Baader Bank.

Au centre de toutes les attentions à Paris, BNP Paribas a avancé de 0,27%. Le Département américain de la Justice doit annoncer ce lundi après la clôture des marchés le règlement négocié avec la banque, qui devrait se voir infliger une amende record de 8,9 milliards de dollars (6,5 milliards d'euros) pour avoir contourné les règles d'embargo américain.

Solvay (+3,63%) a terminé en tête des hausses du CAC 40 alors qu'Exane BNP Paribas a relevé son conseil sur la valeur de "neutre" à "surperformer". Le groupe belge a ainsi dopé le secteur de la chimie en Europe, qui a terminé en tête des hausses sectorielles (+0,62%).

A l'inverse, easyJet (-6,44%) enregistre la plus forte baisse du FTSE 100 après un changement de recommandation de Bank of America Merrill Lynch de "neutre" à "sousperformer", entraînant le secteur européen du voyage et des loisirs (-0,58%).

Philips (+4,13%), plus forte hausse de l'EuroStoxx 50, gagne après avoir annoncé la fusion de ses divisions dans les diodes électroluminescentes LED et l'éclairage automobile.

Sur le front du pétrole, les cours poursuivent leur reflux avec un baril de Brent largement sous la barre des 113 dollars, à environ 112,40 dollars vers 16h00 GMT. Les investisseurs sont rassurés par le fait que les combats en Irak ne se rapprochent pas du Sud, où la majorité du pétrole est produite.

(Atul Prakash, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Nicolas Delame)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...