Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes restent dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes restent dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes restent dans le rouge à la mi-séanceEurope : Les Bourses européennes restent dans le rouge à la mi-séance

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées en baisse mardi à mi-séance, consolidant leurs records atteints lors des dernières séances - et Wall Street s'annonce stable - dans des marchés où la tension monte à la veille de déclarations très attendues du président de la Fed au Congrès.

Les investisseurs attendent de voir si Ben Bernanke laissera entendre que la Réserve fédérale pourrait commencer plus tôt que prévu à ralentir le rythme de ses rachats d'actifs, peut-être dès cet été, après des déclarations allant dans les deux sens de la part de responsables de la banque centrale ces derniers jours.

À Paris, l'indice CAC 40 baisse de 0,39% à 4.007,25 points vers 11h10 GMT, tout en se maintenant au-dessus des 4.000 points. À Francfort, le Dax cède 0,26%, mais à Londres, le FTSE avance de 0,1%, soutenu notamment par Marks & Spencer.

L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 recule de 0,57%, plombé par l'automobile (-2,15%), qui abandonne la quasi-totalité de ses gains de la veille.

Le secteur avait fait un bond d'environ 14% depuis le début du mois, dont une hausse de 2,25% lundi consécutive aux immatriculations de voitures neuves au mois d'avril. Michelin (-2,9%) et Renault (-2%) sont parmi les plus fortes baisses du CAC.

Marks & Spencer s'adjuge 6,5%. Après un bénéfice annuel au plus bas depuis 2009, le groupe a annoncé qu'il tablait sur une amélioration de bénéfice imposable grâce au redressement attendu de ses ventes d'habillement et à une diminution de ses investissements.

Carnival chute de plus de 11% à Londres. Le numéro un mondial des croisières a abaissé pour la deuxième fois en trois mois ses prévisions annuelles.

Sur le marché des changes, le dollar s'est redressé, mais de nombreux intervenants attendent l'audition de Ben Bernanke devant le Congrès pour parier plus avant sur la devise américaine.

Le yen est reparti à la baisse, autour de 102,75 pour un dollar. Le ministre de l'Economie Akira Amari, dont les déclarations ce week-end laissant entendre que la correction du yen approchait de son terme avaient provoqué un rebond du yen, a clarifié sa position, se refusant à dire si la correction de la devise japonaise depuis novembre était fini.

Toutefois, les cambistes restent prudents en attendant les déclarations de Ben Bernanke au Congrès et la réunion mensuelle de deux jours de la Banque du Japon qui a démarré ce mardi. Elle ne devrait pas prendre de nouvelle initiative importante, mais pourrait jouer un peu sur ses rachats d'actifs afin de freiner la hausse des rendements japonais, estiment les cambistes.

Sur le marché obligataire, les rendements de la dette souveraine grecque à 10 ans sont passés sous ceux des titres à plus longue échéance pour la première fois en trois ans, les investisseurs ne pariant plus sur le risque d'un défaut de la Grèce. Les rendements des autres pays de la périphérie de la zone euro poursuivent également leur détente.

Les futures sur Bund allemand perdent du terrain dans des marchés qui se demandent si la Fed va commencer à ralentir son programme de rachats d'actifs, appelé QE (quantitative easing), dès cette année. "Tout tourne autour de la Fed et des spéculations sur le QE", dit un trader.

Le Brent perd du terrain, vers les 104 dollars le baril, dans la crainte que la Fed ne commence plus tôt que prévu à ralentir le rythme de ses rachats d'actifs, ce qui pourrait peser sur la croissance mondiale et partant sur la demande de pétrole.

Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...