Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les bourses européennes replongent avec les bancaires et socgen

Europe : Les bourses européennes replongent avec les bancaires et socgen

Europe : les bourses européennes replongent avec les bancaires et socgenEurope : les bourses européennes replongent avec les bancaires et socgen

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont replongé mercredi, lourdement pénalisées par une série de rumeurs sur les valeurs bancaires et la note de la France.

Des spéculations sur la perte du 'triple A' de la France et sur une extension du plan d'aide à la Grèce aux obligations arrivant à échéance en 2024, ainsi qu'un regain des craintes d'extension de la crise de la dette à l'Italie ont pesé sur les banques européennes.

Société générale a le plus dévissé, perdant jusqu'à 22,5% dans l'après-midi, la banque française ayant en outre dû démentir formellement des rumeurs de marché sur sa solidité financière et une possible nationalisation.

A Paris, l'indice CAC 40, qui a gagné jusque 1,8% en matinée, a terminé en chute de 5,45%, à 3.002,99 points dans des volumes représentant 2,6 fois leur moyenne des trois derniers mois avec 7,8 milliards d'euros échangés.

"Nous avons peu de pays notés triple A. Si la France est dégradée, cela augmente les risques de l'être également pour les autres pays. Fondamentalement, les finances publiques ne sont pas très solides", souligne Klaus Wiener, chef économiste chez Generali Investments.

"C'est très difficile de voir tout cela en ce moment quand on a un environnement de marché très fragile", ajoute-t-il.

ENVOLÉE DU BARIL DE PÉTROLE

Les Bourses européennes se sont retournées à la baisse en début d'après-midi, après avoir poursuivi un rebond entamé mardi avant même les déclarations jugées rassurantes de la Réserve fédérale américaine.

"Le marché est tellement averse au risque en ce moment, que la moindre rumeur surtout comme la dernière (sur une possible nationalisation de Société générale, NDLR) fait tout chuter", commente Alban Tourrade, gérant chez Aviva Investors.

Du côté des valeurs, Société générale a accusé la plus lourde perte du CAC 40 avec un recul de 14,74% en clôture, devant Crédit agricole (-11,81%). BNP Paribas a cédé 9,47%.

A Rome, les banques italiennes UniCredit et Intesa Sanpaolo ont plongé de 9,37% et 13,72%. L'indice Stoxx des banques européennes a lâché 6,72%.

Parmi les autres places européennes, Londres a abandonné 3,05%, Francfort 5,13% et Milan 6,65%. Les indices paneuropéens Eurostoxx 50 et FTSEurofirst 300 ont respectivement reculé de 6,12% et 3,96%.

Avec Atul Prakash à Londres, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...