Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes peu changées en clôture

Europe : Les Bourses européennes peu changées en clôture

Europe : Les Bourses européennes peu changées en clôtureEurope : Les Bourses européennes peu changées en clôture

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont stagné lundi faute d'accord à Washington à l'issue d'une séance marquée à Paris par la chute de Peugeot et Dassault Systèmes et alors que les négociations sur la question de la dette et du budget américain restent dans l'impasse.

Les débats au Sénat n'ont pas permis de réaliser d'avancée ce week-end et les deux chambres du Congrès devaient reprendre leurs travaux ce lundi, pourtant férié pour "Columbus Day", avant l'échéance du 17 octobre après laquelle les Etats-Unis risquent un défaut sur leur dette.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé sur une note stable (+0,07% à 4.222,96 points). Le Footsie britannique a pris 0,32% mais le Dax allemand a stagné (-0,01%), tandis que l'indice EuroStoxx 50 grignotait 0,11% et le FTSEurofirst 300 progressait de 0,13%.

Aux valeurs en Europe, PSA Peugeot Citroën a chuté de 9,06% après les informations de Reuters selon lesquelles le chinois Dongfeng et l'Etat français pourraient participer à une augmentation de capital de 3,0 milliards d'euros du constructeur automobile.

Dassault Systèmes, plus forte baisse de l'indice SBF120, a abandonné 10,53% après avoir prévenu que ses résultats des troisième et quatrième trimestres seraient inférieurs à ses objectifs en raison notamment du décalage de la signature de certains contrats, surtout en Asie. Toutefois, cet avertissement ne présage pas d'un ralentissement d'un secteur qui continue à bien se comporter, soulignent des analystes qui mettent plutôt en avant la prudence du groupe français.

Côté hausses, EDF a pris 2,20%, soutenue par la perspective d'un allongement de la durée d'exploitation autorisée des réacteurs nucléaires en France.

Le dollar, affecté lui aussi par le blocage politique à Washington, perd du terrain face au yen, valeur refuge pour les investisseurs, après avoir touché un plus haut de près de deux semaines vendredi. Le billet vert s'inscrit à près de 1,3580 pour un euro, en hausse de 0,3%, dans des marchés qui restent hésitants.

Sur le front du pétrole, des chiffres décevants du commerce extérieur chinois, marqués par une baisse inattendue des exportations en septembre, ont pesé sur le Brent qui cède 1,15%, vers les 110 dollars le baril. *

Juliette Rouillon pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...