Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les bourses européennes en légère hausse à la mi-journée

Europe : Les bourses européennes en légère hausse à la mi-journée

Europe : les bourses européennes en légère hausse à la mi-journéeEurope : les bourses européennes en légère hausse à la mi-journée

PARIS (Reuters) - Hormis la Bourse de Francfort, les places boursières européennes sont en légère hausse mardi à la mi-séance, portées par l'espoir de voir les grands argentiers des pays du G7 ébaucher des pistes pour résoudre la crise de la dette de la zone euro, où l'Espagne cristallise toutes les inquiétudes.

À Paris, le CAC 40 gagnait 0,33% (9,87 points) à 2.964,34 points tandis que, à Francfort, le Dax reculait de 0,88% et l'indice paneuropéen Eurostoxx 50 de 0,26%%. Comme lundi, la Bourse de Londres est fermée pour cause de jubilé de la reine. Les Bourses de Madrid et de Milan sont également en légère hausse.

L'orientation divergente de la Bourse de Francfort s'explique par le fait que cette dernière a mieux résisté que les autres à la chute des marchés boursiers à l'oeuvre depuis plusieurs semaines. Elle est la seule en Europe à ne pas être dans le rouge depuis le début de l'année, de justesse.

A plus forte pondération industrielle que le CAC 40 ou l'Ibex 35, le Dax pâtit des craintes des investisseurs au sujet de la conjoncture mondiale, alimentées par des indicateurs macro-économiques mitigés en provenance de Chine et des Etats-Unis.

A en croire la "Croix de la mort" qui a marqué la matinée à Paris, un signal technique qui voit la moyenne mobile sur 50 jours passer sous la moyenne mobile sur 200 jours, le CAC 40 est promis à un nouveau repli sur les six mois à venir.

A titre de comparaison, la Bourse de Francfort est encore loin de ce seuil technique.

Evoluant pour une fois de manière découplée par rapport aux Bourses, l'euro perdait du terrain face au dollar, après s'être retournée à la baisse à la suite de déclarations de ministre du Trésor espagnol Cristobal Montoro jugeant que le niveau actuel des coûts de financement que l'Espagne doit supporter lui ferme de fait la porte des marchés financiers.

Les analystes estiment cependant que le recul de la monnaie unique est limité par l'attentisme qui prévaut avant d'éventuels résultats de la conférence téléphonique du G7.

Sur le marché obligataire, après avoir ouvert en baisse, le prix des obligations allemandes est reparti à la hausse après les déclarations du ministre du Trésor espagnol, provoquant à l'inverse une augmentation du rendement espagnol.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...