Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes en légère baisse à la mi-journée

Europe : Les Bourses européennes en légère baisse à la mi-journée

Europe : Les Bourses européennes en légère baisse à la mi-journéeEurope : Les Bourses européennes en légère baisse à la mi-journée

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes restent orientées en légère baisse jeudi vers la mi-séance, les marchés "vendant la nouvelle" d'un accord à Washington entre démocrates et républicains sur le budget et le plafond de la dette, après avoir "acheté la rumeur".

Barack Obama a signé jeudi matin la loi votée un peu plus tôt par le Sénat et la Chambre des représentants qui permet de relever provisoirement le plafond de la dette, évitant ainsi le risque de défaut de paiement des Etats-Unis, et de rétablir le financement des services fédéraux.

À Paris, l'indice CAC 40 cède 0,26% à 4.232,66 points vers 13h10. À Francfort, le Dax perd 0,41% et à Londres, le FTSE recule de 0,12%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 abandonne 0,35% après avoir atteint un pic de deux ans et demi la veille en vue de l'accord.

Les futures sur indices signalent une ouverture de Wall Street stable pour le Nasdaq et en recul de respectivement 0,1% et 0,3% pour le S&P et le Dow.

Interrompant le courant d'achat constaté ces derniers temps, les investisseurs soulignent que l'accord ne représente qu'une solution très temporaire et ne résout en rien les questions du contrôle des dépenses fédérales et du déficit budgétaire qui divisent profondément républicains et démocrates.

"Les marchés pensent que, certes, on ne tombe pas dans le précipice, mais on s'est placé devant un autre précipice dans moins de trois mois", souligne Simon Smith, responsable de la recherche économique chez FXPro.

Cette vision des choses est partagée par l'agence de crédit chinoise Dagong, qui a abaissé sa note sur la dette souveraine américaine, de "A" à "A-", avec une perspective négative, ce qui a contribué à faire baisser le dollar.

Les actifs à risque, y compris aux Etats-Unis et en Asie, avaient réagi positivement dans un premier temps à l'accord de dernière minute à Washington, qui permet à la première économie mondiale d'éviter un défaut sur sa dette. Mais ils sont rapidement retombés, victimes d'un courant de prises de profits.

Aux valeurs en Europe, Carrefour surperforme avec un gain de 2,2%, plus forte hausse du CAC 40, après des chiffres trimestriels jugés solides, qui témoignent d'une accélération de son redressement en France.

Egalement à Paris, l'action GDF Suez perd 3,3%, plus forte baisse du CAC 40, la banque UBS l'ayant retirée de sa liste de valeurs préférées en raison notamment d'un risque de réduction de son dividende.

PSA Peugeot Citroën en revanche reprend 5,6% après une chute de plus de 17% en trois séances.

A Zurich, Nestlé s'adjuge plus de 3% après avoir fait état d'une accélération de la croissance de ses ventes au troisième trimestre à la faveur d'un frémissement de la demande dans les pays émergents, une appréciation de la situation qui tranche avec les propos peu encourageants tenus récemment par ses concurrents Danone et Unilever.

A Amsterdam, l'action KPN chute de plus de 8% après qu'America Movil a annoncé renoncer à monter au capital.

Comme les actions, le dollar recule face au yen et à l'euro, les investisseurs s'inquiétant de l'impact de la fermeture de certaines agences fédérales depuis début octobre sur l'économie américaine qui pourrait décourager la Réserve fédérale de commencer à réduire le rythme de ses rachats d'actifs.

Le yuan a touché de nouveaux records face au dollar pour la quatrième séance d'affilée sur des spéculations d'élargissement de sa bande de fluctuation.

Sur le marché obligataire, la demande à été soutenue lors de deux adjudications du Trésor en France.

Le pétrole recule, après l'annonce d'une hausse des stocks de brut la semaine dernière aux Etats-Unis et alors que les acteurs de marché adoptant une position attentiste avant le déluge d'indicateurs économiques américains.

Goldman Sachs et Verizon figurent parmi les grandes sociétés américaines qui publieront leurs comptes avant l'ouverture de Wall Street.

Juliette Rouillon pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...