Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes dans le rouge dans les premiers échanges

Europe : Les Bourses européennes dans le rouge dans les premiers échanges

Europe : Les Bourses européennes dans le rouge dans les premiers échangesEurope : Les Bourses européennes dans le rouge dans les premiers échanges

PARIS (Reuters) - Les principales Bourses européennes ont ouvert en baisse vendredi, sous le coup d'inquiétudes concernant l'issue des discussions budgétaires aux Etats-Unis après la décision des républicains d'abandonner leur "plan B" visant à éviter à la première économie mondiale un désastre en la matière.

À Paris, le CAC 40 cédait 0,31% (11,29 points) à 3.655,44 points vers 09h30. À Francfort, le Dax abandonnait 0,41% et à Londres, le FTSE cédait 0,55%. L'indice paneuropéen EuroStoxx 50 perdait 0,41%.

La volte-face des républicains, intervenue dans la nuit de jeudi à vendredi, a fait se retourner à la baisse les places boursières asiatiques, Tokyo ayant ainsi terminé en repli de près de 1% après avoir affiché en séance une hausse de plus de 1%.

Wall Street, qui en était restée à l'adoption du projet de loi des républicains, avait terminé la séance de jeudi en hausse, mais les futures sur indices de la place boursière américaine laissent entrevoir un recul de plus de 1% lors de l'ouverture de la séance de vendredi.

Depuis des semaines, les marchés financiers réagissent au gré des évolutions dans les pourparlers sur le "mur budgétaire", expression qui désigne la coïncidence, dès le début de 2013, d'une forte hausse des impôts et d'une baisse drastique des dépenses publiques. La plupart des intervenants ne parviennent toutefois pas à croire que les responsables politiques américains ne trouveront pas une issue à l'impasse qui se profile.

"Les acteurs du marché ont un regard encore trop complaisant sur ce dossier, les probabilités augmentent qu'un accord ne sera pas trouvé dans un avenir immédiat", a déclaré Steen Jakobson, économiste en chef de Saxo Bank.

Depuis le mois de juin, les places boursières ont enregistré une hausse de plus de 20% à la faveur à la fois des mesures prises par les grandes banques centrales internationales pour soutenir l'activité économique et de la conviction que le mur budgétaire serait évité.

Dans le cas contraire, il y a de fortes chances pour que les Etats-Unis retombent en récession, ce qui explique pourquoi le compartiment des matières premières, très sensible à la conjoncture mondiale, accuse la plus forte baisse sectorielle (-0,69%).

Le secteur est par ailleurs plombé par la chute de plus de 2% de l'action ArcelorMittal, qui accuse l'une des plus fortes baisses de l'indice Euro Stoxx 50 après que le premier sidérurgiste mondial a dit déprécier la survaleur de ses sociétés européennes d'environ 4,3 milliards de dollars, les problèmes économiques du continent ayant affecté la demande.

Sur le marché des changes, l'euro reculait face au dollar, la monnaie unique étant toujours délaissée par temps d'incertitude. De son côté, le yen, qui avait beaucoup reculé ces dernières semaines dans l'anticipation d'un assouplissement monétaire au Japon, se reprend quelque peu, la devise japonaise étant, comme le dollar, recherchée en tant que valeur refuge.

L'impasse budgétaire aux Etats-Unis, premier consommateur mondial de brut, fait également baisser les cours du pétrole, le Brent passant sous les 110 dollars le baril.

Sans surprise, les futures sur Bunds allemands s'inscrivaient en hausse, le papier souverain émis par Berlin faisant partie, comme le yen et le dollar, des valeurs refuge recherchées quand l'inquiétude domine.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...