Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

Europe : Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séanceEurope : Les Bourses européennes dans le rouge à la mi-séance

PARIS/LONDRES (Reuters) - Les Bourses européennes sont dans le rouge lundi à mi-séance, à l'exception d'Athènes, et Wall Street est attendue en léger repli également, plombées par un nouveau courant de ventes sur le marché obligataire.

Le rendement du Bund allemand, élément clé de tendance depuis mi-avril, gagnait encore trois points de base à 0,87% à mi-séance, après avoir atteint un pic à 0,90% en matinée, porté par l'annonce d'un rebond de la production et des exportations allemandes au mois d'avril.

À Paris, l'indice CAC 40 perd 0,72% à 4.885,48 points vers 10h45 GMT. À Francfort, le Dax cède 0,63% et à Londres, le FTSE se replie de 0,14%. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 lâche 0,48% et l'EuroStoxx 50 de la zone euro recule de 0,68%.

Athènes (+1,04%) fait exception malgré la montée des tensions entre le gouvernement d'Alexis Tsipras et ses créanciers européens.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse de 0,1% environ.

Toutefois, Deutsche Bank et Diageo résistent à la tendance.

Deutsche Bank s'adjuge 6% à Francfort, parmi les plus fortes hausses de l'indice large européen Stoxx 600, au lendemain de l'annonce de la démission de ses deux co-présidents du directoire et de leur remplacement par le Britannique John Cryan.

A Londres, le numéro un mondial des spiritueux Diageo bondit de 6,8%, également dans le peloton de tête du Stoxx 600, en réaction à des informations sur un intérêt présumé du milliardaire brésilien Jorge Paulo Lemann.

Le dollar se stabilise après être retombé dans la matinée par rapport à ses pics de 13 ans face au yen, à la suite d'une information de Bloomberg, démentie par la suite par la Maison Blanche, selon laquelle Barack Obama aurait déclaré au sommet du G7 que le dollar fort posait problème.

L'euro regagne un peu de terrain avec la hausse du rendement du Bund et les bons indicateurs sur l'économie allemande.

Le Brent est passé sous les 63 dollars le baril, affaibli par un recul plus fort que prévu des importations chinoises en mai et la décision de l'Opep de laisser son plafond de production inchangé.

(Patrick Graham et Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...