Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les Bourses européennes clôturent en nette baisse

Europe : Les Bourses européennes clôturent en nette baisse

Europe : Les Bourses européennes clôturent en nette baisseEurope : Les Bourses européennes clôturent en nette baisse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse sur des prises de bénéfice lundi, dans le sillage de la place milanaise plombée par des informations des médias italiens suivant lesquelles Silvio Berlusconi aurait l'intention de faire chuter le gouvernement s'il se retrouvait exclu du Sénat.

À Paris, l'indice CAC-40 termine en baisse de 0,97% à 4.083,98, tandis que le FTSE londonien lâche 0,53% et le Dax allemand 0,31%. L'indice FTSE MIB italien abandonne 2,46% et l'Ibex madrilène 1,86%.

"Il faut pour l'Italie que le gouvernement de coalition reste au pouvoir; voilà ce que nous dit le marché", commente Ugo de Pasquale (Qubed Derivatives).

Un rally de près de 30% des bancaires italiennes le mois précédent, nourri par des statistiques meilleures que prévu dans un contexte de valorisations très basses, n'a fait qu'exacerber l'impact des prises de bénéfices lundi, expliquent des traders.

En dehors de cela, le marché vit mal les incertitudes entourant le calendrier du dénouement des mesures de soutien de la Réserve fédérale à l'économie américaine.

C'est pourquoi, la publication mercredi du compte rendu de la réunion de fin juillet de la Réserve fédérale sera particulièrement suivie.

Wall Street reste pour sa part toujours indécise à mi-journée, à l'exception du Nasdaq, soutenu par les valeurs technologiques.

L'indice des bancaires européennes accuse la plus forte perte sectorielle (-1,9%), dans le sillage des établissements italiens. UniCredit inscrit le plus net recul des valeurs de l'Eurostoxx 50 (-5,23%), suivie par Intesa Sanpaolo (-4,14%).

Sur le marché des changes, le dollar termine stable face à un panier de devises, les cambistes préférant attendre le compte rendu de la réunion de la Fed des 30 et 31 juillet avant de s'engager.

Les anticipation de dénouement de la politique monétaire ultra-accommodante de la Fed ont poussé le rendement de l'obligation américaine à 10 ans à un pic de deux ans de 2,875%, ce qui est en principe bon pour le dollar.

Mais l'impact a été émoussé par l'amélioration de la situation économique de la zone euro et de la Grande-Bretagne.

Certains stratèges préviennent qu'un compte rendu trop peu volontariste ou sans réel indice sur la réduction des rachats d'actifs pourrait sensiblement affecter le billet vert.

Sur le marché obligataire, le rendement du 10 ans allemand a atteint son meilleur niveau depuis mars 2012, à 1,924%, en séance, les investisseurs pariant sur une réduction des rachats d'actifs de la Fed - actuellement de 85 milliards de dollars mensuels - dès septembre.

Sur le marché pétrolier, les contrats sont en recul en dépit des troubles violents et persistants en Egypte, qui font craindre une perturbation des approvisionnements d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...