Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les bourses en europe attentistes avec des indicateurs décevants

Europe : Les bourses en europe attentistes avec des indicateurs décevants

Europe : les bourses en europe attentistes avec des indicateurs décevantsEurope : les bourses en europe attentistes avec des indicateurs décevants

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Juliette Rouillon

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini dans le désordre mardi, après la publication d'indicateurs décevants en Europe et aux Etats-Unis, à l'issue d'une séance hésitante et dans des volumes d'échanges encore très limités.

L'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,18% à 3.159,74 points. Depuis le début du mois, l'indice phare de la place parisienne perd près de 14%.

Le montant des transactions sur l'indice n'a atteint que 2,38 milliards d'euros, soit 71,5% de son volume habituel.

La confiance des consommateurs américains s'est dégradée davantage que prévu en août pour atteindre son plus bas niveau depuis avril 2009, selon les chiffres publiés par la fédération patronale Conference Board.

"La chute brutale de la confiance du consommateur américain font craindre que les prochains indicateurs de consommation, et donc de croissance, ne déçoivent aussi", commente Benoit de Broissia, analyste chez KBL Richelieu Gestion. "Ceci dit, c'est une demi-surprise, dans un climat très anxiogène", ajoute-t-il.

Parmi les autres grandes places européennes, Londres, fermée lundi, a gagné 2,7%, tandis que Francfort a perdu 0,46% et Milan a cédé 0,23%. L'indice EuroStoxx 50 a fini sur une note stable (-0,01%).

PEUR D'UNE NOUVELLE CORRECTION

Le marché était déjà passé dans le rouge en fin de matinée après d'une dégradation plus nette que prévu du sentiment économique de la zone euro en août.

Néanmoins, la plupart intervenants interrogés estiment que les marchés consolident encore, dans un climat d'attentisme après le choc baissier de début août et avant les statistiques de l'emploi aux Etats-Unis qui doivent être publiées vendredi.

"C'est un marché sans enthousiasme, qui a encore peur d'une correction, un marché purement d'attente, avec les chiffres du chômage américain vendredi en point de mire", commente Frédéric Rozier, gérant chez Meeschaert Gestion privée.

Les bancaires ont fini en ordre dispersé, entre l'impact positif de la fusion des banques grecques EFG et Alpha et une lettre de l'Institut international des normes comptables (IASB) émettant des critiques sur les méthodes utilisées par certains établissements pour valoriser et passer des dépréciations sur les titres de dette publique grecque. .

Société générale a perdu 0,2% à 22,055 euros et Crédit agricole 1,01% à 6,568 euros, tandis que BNP Paribas a gagné 0,99% à 34,735 euros.

Les valeurs minières en revanche sont restées bien orientées tout au long de la séance, l'indice ayant progressé de 4,04%, soutenues par l'accord conclu entre ArcelorMittal (+1,81% à 14,610 euros), Peabody Energy et Macarthur Coal sur les conditions du rachat du spécialiste australien du charbon pulvérisé.

Sur le marché obligataire, l'adjudication d'emprunts d'Etat italiens ce matin a rencontré une demande relativement faible, malgré les rachats de la Banque centrale européenne au cours des dernières semaines, créant de la nervosité.

De son côté, le rendement des Bunds de même maturité a reculé vers les 2,15%, contre 2,22% la veille.

Edité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...