Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Les bourses de la zone euro clôturent en forte hausse

Europe : Les bourses de la zone euro clôturent en forte hausse

tradingsat

PARIS (Reuters) - Les Bourses de la zone euro clôturent en forte hausse jeudi après que le président de la BCE Mario Draghi a tenu promesse et annoncé une série de mesures visant à sortir la zone euro de la crise, notamment un nouveau programme d'achats d'obligations des pays fragilisés, sans limite de montant mais soumis à conditions.

Paris a fini juste au-dessus de 3.500 points, en hausse de 3,06% à 3.509,88 points, son plus haut du jour, dans des volumes nettement plus étoffés - plus de 4,0 milliards d'euros échangés sur NYSE Euronext contre à peine 2,0 milliards ces dernières semaines.

Selon plusieurs analystes techniques, le mouvement haussier serait confirmé si l'indice CAC 40 franchit le seuil de 3.520 points, qui correspond à ses plus hauts d'août.

La Bourse de Francfort a grimpé de 2,91% et a touché des plus hauts depuis mars, tandis que Milan (4,31%) et Madrid (4,91%), dont les dettes souveraines sont concernées au premier chef par le programme de la BCE, ont nettement surperformé et retrouvé leurs plus hauts d'avril.

L'indice EuroStoxx 50 des grandes valeurs de la zone euro a gagné 3,4%. Hors zone euro, Londres a pris 2,11%.

Les valeurs bancaires ont le mieux profité des annonces de la BCE. L'indice Stoxx des bancaires de la zone euro (+5,93%) a enregistré la meilleur performance sectorielle en Europe. L'indice des bancaires européennes a pris 4,39%.

Le rendement de l'emprunt d'Etat espagnol à deux ans se détend de 19 points de base à 3,03% tandis que le rendement de l'équivalent allemand n'est plus négatif et remonte à +0,04%.

Après un accès de faiblesse, l'euro s'est repris en fin d'après-midi et s'échange au-dessus de 1,26 dollar, autour de 1,2633.

"La BCE a sorti un gros bazooka qui devrait permettre de gagner du temps. La BCE est allée le plus loin qu'elle pouvait pour aider les gouvernements (...) Une chose est claire : il ne faut jamais sous-estimer Mario Draghi. Il a clairement fait ce qu'il a dit (le 26 juillet) : 'croyez-moi, ça sera suffisant'", commente Carsten Brzeski, économiste chez ING Financial Markets.

"Si la BCE a trouvé la grosse artillerie avec les rachats d'obligations, elle manque de munitions pour maintenir un effet positif durable sur le marché", dit Azad Zangana, économiste chez Schroders.

Il juge que les mesures annoncées, notamment le programme d'opérations fermes (Outright Monetary Transactions), vont quand même permettre aux pays fragiles de souffler.

"Cependant, la capacité de la BCE et des gouvernements européens à aider l'Espagne et l'Italie fait sérieusement défaut et le restera tant que la BCE et l'Allemagne ne se rendront pas à l'évidence que l'assouplissement quantitatif de type Fed est le seul outil efficace", ajoute-t-il.

Raoul Sachs, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...