Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Le Portugal doit maintenir le cap de la rigueur, dit l'UE

Europe : Le Portugal doit maintenir le cap de la rigueur, dit l'UE

Europe : Le Portugal doit maintenir le cap de la rigueur, dit l'UEEurope : Le Portugal doit maintenir le cap de la rigueur, dit l'UE

BRUXELLES (Reuters) - Le Portugal doit rester fidèle aux mesures d'austérité prévues par ses créanciers internationaux s'il veut disposer de temps supplémentaire pour rembourser les prêts liés à son plan de sauvetage financier, estime la Commission européenne dans un communiqué, dimanche.

La Cour constitutionnelle portugaise a censuré vendredi soir quatre des neuf mesures d'austérité contenues dans le budget annuel présenté par le gouvernement.

L'arrêt des treize "Sages" est apparu comme un revers pour le Premier ministre Pedro Passos Coelho, qui a annoncé dimanche soir que les dépenses publiques seraient réduites pour compenser l'invalidation prononcée par la Cour.

"La poursuite de la mise en oeuvre déterminée de ce programme est la condition préalable à une décision sur l'allongement des échéances financières du Portugal, ce qui faciliterait le retour du Portugal sur les marchés financiers et la réussite des objectifs du programme", précise le communiqué.

Le Portugal, comme l'Irlande, souhaite une extension au-delà de 2022 des échéances des prêts d'urgence accordés par l'Union européenne afin d'assouplir ses besoins de financement.

Les ministres des Finances européens doivent décider des détails de cette extension vendredi.

Selon les premières estimations des économistes, l'arrêt de la Cour constitutionnelle pourrait priver le gouvernement portugais de revenus nets évalués à 900 millions d'euros.

Les mesures d'austérité contenues dans le projet de budget portent sur un montant de cinq milliards d'euros.

En maintenant la hausse sans précédent des impôts la Cour a sans doute évité de faire dérailler le plan de redressement mis en oeuvre. Les économistes estiment que la trajectoire d'assainissement des finances publiques ne devrait pas être remise en cause.

Jan Strupczewski; Pierre Sérisier pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...