Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : La reprise des apports de liquidités en dollar dope les banques

Europe : La reprise des apports de liquidités en dollar dope les banques

tradingsat

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes, tirées par les banques, ont bondi en avant jeudi à la suite de l'annonce par la Banque centrale européenne (BCE) de la reprise, en coordination avec les autres banques centrales, des opérations d'apport de liquidités en dollar à partir du quatrième trimestre.

Vers 17h05, l'indice CAC 40 prend 2,79% à 3.032,26 points, après avoir touché un plus haut de 3.086,64 (+4,66%) juste après l'annonce de la BCE, alors que l'indice EuroStoxx 50 affiche un gain de 2,99% après gagné près de 5%.

Les valeurs bancaires ont été les premières à réagir. BNP Paribas, qui comme les autres établissements bancaires européens, souffre de craintes sur des difficultés de refinancement en dollar, prend 10,37% à 29,70 euros, après avoir gagné jusqu'à 22% peu après la nouvelle.

L'indice des valeurs bancaires de la zone euro affiche un gain de 3,42% à ce stade de la séance. Deutsche Bank prend 5,0%, Unicredit 4,83%, Intesa San Paolo 7,13% et Société générale 4,83%.

"Ils sont obligés de faire quelque chose. On a vu l'annonce hier que deux banques ont demandé des dollars à la BCE. On est à nouveau dans cette pénurie de dollars. Ils sont forcés de régler ce problème. S'ils ne le font pas, tout se bloque," selon Philip Lawlor, stratégiste chez Smith & Williamson.

Deux banques, dont les noms n'ont pas été révélés, ont demandé des dollars à la Banque centrale européenne mercredi, en pleine crise de la dette, marquant ainsi la seconde utilisation en un mois de cette possibilité.

"C'est important, mais il ne faut pas confondre le fait de traiter le problème de la liquidité, avec le problème de solvabilité (des pays de la périphérie de la zone euro), qui est le problème principal... C'est une lubrification du système qui commence à s'enrayer."

Au-delà des risques de pertes liées à leur exposition aux dettes souveraines des pays fragilisés de la zone euro, enparticulier la Grèce et l'Italie, le marché redoute que les grandes banques européennes, banques françaises en tête, soient confrontés à des problèmes de refinancement si le marché du financement bancaire se paralyse complètement.

Juliette Rouillon et Matthieu Protard, avec Dominic Lau à Londres, édité par Matthieu Protard

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...