Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : La Commission européenne veut durcir les règles sur le parfum

Europe : La Commission européenne veut durcir les règles sur le parfum

Europe : La Commission européenne veut durcir les règles sur le parfumEurope : La Commission européenne veut durcir les règles sur le parfum

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - La Commission européenne a publié jeudi ses propositions concernant l'industrie du parfum, dans lesquelles elle opte pour l'interdiction de certaines molécules, pour des recherches plus poussées sur certains ingrédients et pour une extension des règles d'étiquetage visant à protéger les consommateurs des risques d'allergies.

La Commission, qui avait été saisie en juillet 2012 par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (CSSC), au motif que certaines substances étaient allergisantes, propose d'interdire l'atranol et le chloroatranol, présents dans les extraits de mousses d'arbres, ainsi que l'extrait synthétique de muguet (HICC).

Elle va cependant moins loin que le CSSC, qui souhaitait interdire purement et simplement l'usage de ces mousses qui apportent à nombre de 'jus' leurs notes boisées, qui les fixent dans le temps et sont présentes dans des parfums aussi emblématiques que le N°5 de Chanel ou Miss Dior.

Les parfumeurs pourront cependant continuer à utiliser les extraits de mousses d'arbres à condition qu'ils soient filtrés et ne contiennent plus ces molécules.

Cette interdiction pourrait cependant obliger les parfumeurs à reformuler leurs produits et "certains ont déjà largement commencé à le faire depuis un an", indique une source industrielle.

On ignore encore dans quelle mesure des maisons comme Dior ou Guerlain (propriété du groupe LVMH), Chanel ou Hermès seront touchées par cette décision.

DAVANTAGE DE TESTS

Par ailleurs, la Commission n'a pas tranché sur une très délicate liste d'une vingtaine d'ingrédients et extraits naturels.

"La Commission souhaite assurer la protection des consommateurs, tout en limitant les impacts de la législation sur l'industrie du parfum", a déclaré à Reuters le porte-parole de Neven Mimica, commissaire chargé du marché intérieur et de la protection du consommateur.

Le CSSC avait recommandé de restreindre la concentration de ces ingrédients à 0,01% du produit fini, mais la Commission a estimé que les dosages devaient faire l'objet d'autres tests, notamment sur les personnes non allergiques.

Ces ingrédients comme le citral, présent dans les huiles essentielles de citron et de mandarine, la coumarine que l'on trouve dans les fèves de tonka, l'eugénol présent dans l'essence de rose ou encore l'isoeugénol de l'ylang-ylang sont les piliers de la haute parfumerie.

Suivies à la lettre, les préconisations du comité scientifique constituaient, aux dires des professionnels, une sérieuse menace pour l'industrie, et notamment pour la parfumerie fine qui a davantage recours aux ingrédients naturels que les grands producteurs de fragrances comme l'américain IFF ou le suisse Givaudan.

La Commission propose enfin d'élargir à près d'une centaine les composants devant obligatoirement figurer sur les étiquettes des flacons.

En 2003, une réglementation européenne avait déjà obligé l'industrie à faire figurer sur le packaging un certain nombre de substances et nombre de parfumeurs avaient alors commencé à restreindre l'utilisation de certains composants.

L'Ifra, l'association professionnelle européenne, a favorablement accueilli ces mesures, tout en émettant des réserves sur l'extension de la liste des produits devant figurer sur les étiquettes.

"Les consommateurs sont déjà très avertis et il serait peut-être plus efficace de combiner un étiquetage étoffé avec des informations via un site internet", a déclaré Pierre Sivac, président de l'Ifra.

Le marché mondial du parfum est estimé à environ 36 milliards de dollars en 2013, dont 19,3 milliards pour les jus haut de gamme et 16,8 milliards pour les parfums de grande diffusion, selon les chiffres d'Euromonitor.

Une consultation publique de 12 semaines à destination des professionnels a été lancée ce jeudi et les propositions de la Commission devraient être adoptées, sous forme d'un amendement au règlement cosmétique, la fin 2014 ou au début 2015.

Edité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...