Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : L'ue avance sur un second plan pour la grèce, débloquera l'aide

Europe : L'ue avance sur un second plan pour la grèce, débloquera l'aide

Europe : l'ue avance sur un second plan pour la grèce, débloquera l'aideEurope : l'ue avance sur un second plan pour la grèce, débloquera l'aide

par Julien Toyer

BRUXELLES (Reuters) - Au lendemain du vote à Athènes d'un nouveau programme d'austérité exigé par l'UE et le FMI pour continuer à financer la Grèce, un accord a été trouvé vendredi pour débloquer la prochaine tranche de prêts au pays et des progrès ont été enregistrés sur un second plan de soutien.

Le secteur financier, par la voie de l'Institute of International Finance (IIF), a notamment fait savoir qu'il était prêt à s'engager dans un effort volontaire pour soutenir la Grèce, via un "rollover" de la dette grecque, un prolongement des maturités ou encore des opérations de rachat de dette.

De leur côté, les ministres des Finances de la zone euro ont avancé à samedi la réunion de l'Eurogroupe initialement prévue dimanche à Bruxelles, forts de l'accord conclu par leurs directeurs du Trésor pour débloquer la tranche d'aide de 12 milliards d'euros prévue pour juillet dans le cadre du plan d'aide de 110 milliards décidé en mai 2010.

Finalement organisée via téléconférence, cette réunion devrait simplement permettre d'officialiser cette décision et de procéder à un tour de table politique sur les préparatifs d'un nouveau plan estimé à quelque 120 milliards d'euros.

La question du financement à court terme de la Grèce désormais réglée, les prochains jours seront mis à profit pour finaliser ce nouveau plan, en particulier les modalités de la contribution volontaire des créanciers privés, d'ici à la prochaine réunion de l'Eurogroupe, fixée au 11 juillet.

RACHATS DE DETTE

Dans un communiqué, l'IIF a indiqué que "le secteur financier privé était prêt à s'engager dans un effort volontaire, coopératif, transparent et large pour soutenir la Grèce dans ces circonstances exceptionnelles et uniques".

Cet engagement très attendu va au-delà du plan mis sur la table en début de semaine par les banques françaises sur un "rollover" de la dette grecque car il propose aussi des extensions de maturité et des opérations de rachat.

Ce dernier aspect, jugé prometteur par des banquiers, consisterait à offrir à l'Etat grec la possibilité de racheter une partie de sa dette à un prix inférieur à sa valeur faciale, ce qui lui permettrait de réduire le volume global de son endettement.

Les investisseurs qui ont acheté ces derniers mois des paquets de dette à des prix bradés sur le marché secondaire ou qui ont déjà passé des dépréciations sur ces créances auraient quant à eux intérêt à participer à ces opérations car ils pourraient enregistrer des bénéfices comptables sans avoir à attendre de longues années pour récupérer leur mise de départ.

Jeudi, les établissements financiers allemands, banques et assureurs, avaient déjà annoncé qu'ils contribueraient à hauteur de 3,2 milliards d'euros au sauvetage de la Grèce. Le chiffre de la contribution des établissements français n'est en revanche toujours pas connu.

Ces différentes initiatives, ainsi que les nouveaux prêts de l'UE et du FMI, qui pourraient représenter 55 milliards d'euros, visent à assurer à la Grèce une bouffée d'oxygène d'une durée suffisante pour lui permettre de renouer avec la croissance sans avoir à se préoccuper de son financement sur les marchés financiers.

Dans une interview à Reuters vendredi, le ministre grec des Finances, Evangelos Venizelos, s'est dit confiant dans le fait que son pays retrouverait le chemin de la croissance dès 2012, après trois années consécutives de récession. L'économie du pays devrait se contracter de 3,9% en 2011, a-t-il ajouté.

Julien Toyer et Jan Strupczewski, édité par Marc Angrand

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...