Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : L'autorité bancaire européenne défend ses tests de résistance

Europe : L'autorité bancaire européenne défend ses tests de résistance

Europe : l'autorité bancaire européenne défend ses tests de résistanceEurope : l'autorité bancaire européenne défend ses tests de résistance

LONDRES (Reuters) - L'Autorité bancaire européenne (EBA) a pris mercredi la défense des tests de résistance qu'elle souhaite faire passer aux organismes de crédit européens, et assuré qu'ils seraient plus stricts que ceux de l'an dernier, qui n'avaient pas restauré la confiance des investisseurs.

"Le scénario des tests de résistance 2011 à l'échelle de l'Union européenne est sévère, plus sévère que l'an dernier. C'est un fait", affirme Andrea Enria, président de l'EBA, dans un communiqué.

"Il faut considérer ce que contiennent les nouveaux stress tests comme un ensemble, et non en extraire quelques aspects en les privant de contexte", ajoute-t-il.

Des observateurs ont émis des doutes sur la rigueur de ces nouveaux tests. La crise irlandaise de l'automne 2010 a emporté plusieurs établissements qui avaient passé avec succès la précédente version de cette examen.

Selon Andrea Enria, les banques seront notamment évaluées sur leur résistance à une baisse de quatre points de pourcentage de la croissance par rapport aux prévisions, contre trois points lors des tests de 2010.

L'EBA, qui doit présenter vendredi aux banques le scénario des tests, a souligné que des modifications étaient encore possibles, et indiqué que leur version définitive serait publiée le 18 mars, puis leur méthodologie en avril.

En l'état, le scénario retenu prévoit une contraction de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro en 2011 et une chute de 15% des marchés boursiers, ainsi qu'une contraction de 0,2% du PIB en 2012, montrent des documents obtenus par Reuters.

Le scénario de ces "stress tests" prévoit aussi, pour la première fois, une hausse de 75 points de base des taux de rendement des dettes à long terme des pays de la zone euro, ainsi qu'un fort recul du marché immobilier.

Des tensions accrues sur le marché interbancaire, avec une hausse de 125 points de base du coût de refinancement à court terme, seront également simulées.

Les tests seront infligés à 88 banques de l'UE, représentant 65% du total des actifs bancaires.

Huw Jones, Gregory Schwartz pour le service français, édité par Nicolas Delame

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...