Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : L'activité de la zone euro continue de se contracter

Europe : L'activité de la zone euro continue de se contracter

Europe : L'activité dans la zone euro baisse un peu moins qu'attenduEurope : L'activité dans la zone euro baisse un peu moins qu'attendu

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - La baisse de l'activité du secteur privé dans la zone euro s'est atténuée plus qu'attendu en juin, montrent les enquêtes auprès des entreprises publiées jeudi, mais la diminution persistante des carnets de commandes suggère que la région est encore loin d'une reprise en bonne et due forme.

Les premiers résultats des enquêtes mensuelles auprès des directeurs d'achats (PMI) devraient toutefois être accueillis avec soulagement par la Banque centrale européenne puisqu'ils confirment les perspectives d'amélioration progressive de la conjoncture au second semestre, le scénario privilégié par la BCE.

L'indice PMI flash composite de la zone euro, considéré comme un indicateur avancé fiable de la croissance économique, est remonté à 48,9 en juin contre 47,7 le mois dernier. Il s'inscrit au plus haut depuis mars 2012 et dépasse le consensus Reuters qui le donnait à 48,1.

Au cours des 22 derniers mois, cet indice n'a été qu'une seule fois au-dessus du seuil de 50 séparant expansion et contraction de l'activité.

"Le tableau le plus encourageant se trouve hors de France et d'Allemagne, le reste de la région montrant le plus faible rythme de contraction depuis deux ans, et cette contraction n'est que modeste", explique Chris Williamson, chef économiste de Markit.

"A ce rythme, nous devrions assister à une stabilisation au troisième trimestre et à un retour de la croissance au quatrième."

La zone euro est en récession depuis un an et demi maintenant, et Markit estime que les derniers résultats des enquêtes PMI suggèrent une contraction de 0,2% du produit intérieur brut (PIB) des Dix-Sept au deuxième trimestre.

Les économistes interrogés par Reuters prévoient quant à eux une stagnation du PIB.

UN ARGUMENT POUR L'INACTION DE LA BCE

Signe que la reprise pourrait se faire attendre, l'indice mesurant l'évolution des nouvelles commandes traduit une baisse de celles-ci pour le 23e mois consécutif même s'il est remonté à 47,4 contre 46,8.

"Cela suggère que la situation évolue dans la bonne direction mais que cela ne se fera pas très vite. Le tableau général reste faible", souligne Chris Williamson.

La BCE a jusqu'à présent résisté aux appels nombreux en faveur d'un assouplissement supplémentaire de sa politique monétaire pour soutenir le crédit et l'activité. Et les économistes et analystes interrogés par Reuters le mois dernier ne croient pas à une baisse des taux d'intérêt au cours des prochains mois.

"Les autorités de la zone euro seront sans nul doute encouragées par l'amélioration de ces indicateurs, qui suggèrent que la BCE ne ressentira pas à court terme le besoin de prendre de nouvelles mesures", dit Chris Williamson.

Le PMI flash des services est remonté à 48,6 contre 47,2, au plus haut depuis janvier et celui du secteur manufacturier à 48,7 contre 48,3. Le consensus les donnait respectivement à 47,5 et 48,6.

En Allemagne, le PMI composite a atteint son plus haut niveau en quatre mois à 50,9. En France, il est monté à son meilleur niveau en 10 mois à 46,8.

Si les enquêtes PMI dans la zone euro montrent des signes encourageants, la situation en Chine demeure préoccupante aux yeux des investisseurs: l'indice PMI flash manufacturier HSBC a reculé à 48,3 pour juin, son plus bas niveau depuis septembre.

Cette évolution en Chine, à laquelle s'ajoutent les propos de la Réserve fédérale américaine mercredi soir sur la perspective d'une réduction des rachats d'actifs, pèse sur les marchés financiers mondiaux. En milieu de matinée, l'indice paneuropéen FTSEurofirst perd 1,75% et la Bourse de Paris 2%.

Marc Joanny et Marc Angrand pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...