Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Ford supprime 6.200 postes en europe et ferme deux sites

Europe : Ford supprime 6.200 postes en europe et ferme deux sites

Europe : ford supprime 6.200 postes en europe et ferme deux sitesEurope : ford supprime 6.200 postes en europe et ferme deux sites

par Rhys Jones et Alessandra Prentice

LONDRES (Reuters) - Ford Motor a annoncé jeudi la suppression de 1.400 emplois en Grande-Bretagne dans le cadre d'un vaste plan de restructuration de ses activités en Europe, où le groupe prévoit de perdre plus de 1,5 milliard de dollars (1,15 milliard d'euros) en 2012.

Au total, le constructeur américain va supprimer 6.200 emplois en Europe, soit 13% de ses effectifs dans la région dont 4.300 postes en Belgique, où Ford a annoncé mercredi la fermeture de son site de Genk d'ici la fin 2014. Un plan de suppression de 500 postes en Europe avait été précédemment annoncé.

Le groupe a précisé que l'ensemble de ces mesures devrait lui permettre de générer des économies annuelles brutes comprises entre 450 et 500 millions de dollars.

Le deuxième constructeur automobile américain prévoit en 2013 une perte liée à l'Europe équivalente à celle de 2012, soit trois milliards d'euros sur la période 2012-2013.

Les fermetures des trois usines - deux en Grande-Bretagne et une en Belgique - réduiront la capacité de production installée dans la région, hors Russie, de 18% soit 355.000 unités.

Vers 15h15 GMT, le titre progressait de 2,06% à 10,38 dollars à la Bourse de New York, où le S&P 500 ne gagnait que 0,33%.

Malgré la perte en Europe, le constructeur, qui vise sur le long terme une marge opérationnelle comprise entre 6 et 8% dans la région, a déclaré que son bénéfice imposable, hors exceptionnels et son bénéfice par action au troisième trimestre devraient être supérieurs à ceux du deuxième.

LA PRODUCTION DU TRANSIT DÉLOCALISÉE EN TURQUIE

Ford a confirmé la fermeture en 2013 de son site de Southampton, dans le sud de l'Angleterre, où il construit les camionnettes Transit, ainsi que celle d'un atelier d'emboutissage de l'usine de Dagenham, près de Londres, qui fabrique des pièces du fourgon.

"Cela signifie que toute la production du Transit va être délocalisée en Turquie", avait déclaré dans la matinée Roger Madison, représentant national du syndicat Unite pour l'industrie automobile.

Le groupe a confirmé qu'il cesserait de produire le Transit en Grande-Bretagne et que sa fabrication serait transférée sur son site de Kocaeli, en Turquie.

L'usine de Southampton emploie quelque 530 personnes et plus de 900 employés travaillent sur l'atelier d'emboutissage du site de Dagenham, dans l'Essex.

Dans son communiqué, le constructeur dit envisager de produire son nouveau moteur diesel - qui devrait équiper ses nouveaux véhicules à partir de 2016 - à Dagenham, où travaillent quelque 4.000 personnes.

Des analystes estiment que le rythme des annonces de Ford montre que le constructeur prend à bras le corps le problème de la surcapacité de production en Europe, quand d'autres constructeurs semblent tergiverser.

"Avec GM Europe, vous vous demandez toujours ce qui est en train de se passer", a déclaré Philippe Houchois, un analyste d'UBS basé à Londres.

Chez Morgan Stanley, on estime que Ford "fait preuve de discernement et de courage" en prenant des décisions difficiles qui seront payantes à long terme.

UNE AUTRE FERMETURE DE SITE À VENIR, SELON UN ANALYSTE

Pour Christopher Stürmer, analyste chez IHS Automotive, Ford devra aller plus loin dans la restructuration de ses activités européennes. "Je m'attends à ce qu'un autre site d'assemblage de véhicule doive fermer", a-t-il dit.

Le géant américain de l'automobile emploie 11.400 personnes sur ses sites britanniques, parmi lesquels Halewood, près de Liverpool, et Bridgend, au pays de Galles.

L'usine de Southampton, sur la côté sud, a produit environ six millions de camionnettes Transit en 45 ans mais ses effectifs avaient été réduits de moitié en 2009 quand le site est passé à une mono-production.

"Le Transit est associé à l'artisan 'à la camionnette blanche' en Grande-Bretagne et est emblématique, comme les taxis noirs londoniens, et ce sera triste de le voir partir", a déclaré Roger Madison.

General Motors a annoncé cette année son intention de produire la nouvelle génération de sa citadine Astra en Grande-Bretagne, au détriment de son site de Bochum en Allemagne, dont il a annoncé en mai la fermeture.

Nissan, Toyota et Honda, ainsi que Jaguar Land Rover de l'indien Tata Motors se sont tous engagés ces derniers mois à produire en Grande-Bretagne

En France, PSA procède également à un vaste plan de restructuration portant sur 8.000 nouvelles suppressions d'emplois avec notamment la fermeture de son usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Le directeur général de Ford Europe a déclaré jeudi que les aides publiques aux constructeurs automobiles en difficulté seraient insoutenables à l'avenir, surtout en période de crise économique.

Stephen Odell a par ailleurs ajouté que l'aide apportée à PSA par l'Etat français soulevait des questions sur sa légalité chez certains constructeurs.

Nicolas Delame et Mathilde Gardin pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...