Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Deux sommets européens sur la croissance envisagés à l'automne

Europe : Deux sommets européens sur la croissance envisagés à l'automne

Europe : Deux sommets européens sur la croissance prévus à l'automneEurope : Deux sommets européens sur la croissance prévus à l'automne

BRUXELLES (Reuters) - François Hollande et Matteo Renzi ont obtenu samedi de leurs pairs la tenue de deux sommets consacrés à la relance d'une économie européenne menacée par la déflation et une croissance atone dans les plus grands pays.

"Les statistiques des dernières semaines ont confirmé que la reprise, particulièrement dans la zone euro, est faible, l'inflation basse et le chômage inacceptablement haut", peut-on lire dans le projet de conclusions du Conseil européen à Bruxelles.

Selon ce texte, les Vingt-Huit ont réservé un accueil favorable à la proposition du président du Conseil italien de tenir un sommet dans son pays début octobre.

L'Italie, qui occupe la présidence tournante de l'UE ce semestre, est de nouveau entrée en récession au deuxième trimestre, en raison notamment de la baisse de l'investissement, et cherche comme la France des moyens pour stimuler l'activité.

Cette première réunion sera suivie par un sommet restreint aux pays membres de la zone euro, conformément aux voeux exprimés par le président français jeudi, devant la conférence des ambassadeurs.

Cette réunion des 18 pays partageant la monnaie unique doit permettre d'obtenir un assouplissement dans la mise en oeuvre de leurs obligations budgétaires et faire face, ainsi, à la déflation et à l'absence de croissance qui menacent l'Europe.

De manière plus générale, François Hollande cherche à obtenir un engagement de ses partenaires, particulièrement l'Allemagne, en faveur d'une politique budgétaire plus agressive afin de relancer la demande.

Confronté au manque de résultats de sa politique économique, François Hollande a fait le choix d'accélérer le rythme des réformes structurelles tout en demandant des marges de manoeuvre à ses partenaires européens et à la Banque centrale européenne.

"(Les) réformes doivent conduire à la croissance mais elles ne peuvent pas réussir s'il n'y a pas de croissance", a dit devant la presse le chef de l'Etat, hôte d'une douzaine de dirigeants de la gauche européenne, invités à l'Elysée dans la matinée pour préparer le sommet européen.

"NOEUD GORDIEN"

"Nous devons trancher ce noeud gordien", a lancé le chef de l'Etat, avant de s'envoler vers Bruxelles.

François Hollande a profité de la réunion des sociaux-démocrates à l'Elysée pour revendiquer un rôle important pour sa famille politique dans la répartition des postes de direction de l'Union européenne.

Le président français a déclaré que les sociaux-démocrates soutenaient la candidature de l'Italienne Federica Mogherini au poste de Haut représentant de l'UE pour la politique étrangère et de sécurité.

François Hollande a été moins explicite sur le nom du futur président du Conseil, poste qui devrait se jouer entre le Premier ministre Polonais de centre-droit Donald Tusk et la chef sociale-démocrate du gouvernement danois Helle Thorning-Schmidt.

La France espère toujours en outre, malgré les réticences affichées par certains de ses partenaires, qu'un poste économique important revienne à son candidat à la Commission, l'ancien ministre des Finances Pierre Moscovici.

François Hollande a dit que la gauche européenne insisterait pour que le nouveau président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dont l'équipe doit entrer en fonction le 1er novembre, confie le portefeuille des Affaires économiques et monétaires à l'un des leurs.

A défaut de l'obtenir pour Pierre Moscovici, Paris verrait volontiers ce dernier devenir Commissaire européen à l'Investissement, un maroquin inédit mais que Jean-Claude Juncker envisage pour mettre en oeuvre un plan de relance de 300 milliards d'euros.

Jean-Claude Juncker doit annoncer la composition de la Commission dans la première quinzaine de septembre.

(Edité par Grégory Blachier)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...