Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Bruxelles revoit sa copie sur les aides prévues après e. coli

Europe : Bruxelles revoit sa copie sur les aides prévues après e. coli

Europe : bruxelles revoit sa copie sur les aides prévues après e. coliEurope : bruxelles revoit sa copie sur les aides prévues après e. coli

par Julien Toyer

LUXEMBOURG (Reuters) - Sous la pression de plusieurs pays, dont la France et l'Espagne, la Commission européenne va accroître substantiellement son offre de créer un fonds de 150 millions d'euros pour compenser à hauteur de 30% de leurs pertes les producteurs de légumes affectés par la crise de l'E. coli.

A l'issue d'une réunion extraordinaire des ministres de l'Agriculture des Vingt-Sept à Luxembourg, le commissaire européen Dacian Ciolos s'est engagé à proposer une nouvelle enveloppe financière dès mardi pour dédommager les producteurs de tomates, laitues et concombres victimes de l'épidémie qui s'est déclenchée fin mai en Allemagne.

"J'ai pris l'engagement de revoir ce chiffre, le niveau de compensation, et de revenir avec une proposition qui soit substantiellement améliorée, d'ici demain", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Il s'est aussi dit prêt à revoir à la hausse le niveau de 30% d'indemnisation envisagé initialement, que ce soit pour les producteurs indépendants ou ceux membres d'organisations de producteurs, qui versent déjà des aides, et à inclure les producteurs de courgettes et poivrons.

Il s'est toutefois montré prudent sur le fait de pouvoir aller jusqu'à 100%, comme l'ont réclamé mardi l'Espagne, la France et sept autres pays.

Selon la Fédération européenne des produits frais Freshfel Europe, le manque à gagner hebdomadaire est de l'ordre de 80 millions d'euros aux Pays-Bas, 30 millions en France, 20 millions en Allemagne, quatre millions en Belgique et trois millions au Portugal, sans parler des 200 millions d'euros estimés par les agriculteurs espagnols.

"À L'EURO PRÈS"

Menant la bataille à Luxembourg après que son pays a été initialement pointé du doigt dans le déclenchement de l'épidémie, la ministre espagnole Rosa Aguilar a indiqué que la proposition initiale de l'exécutif communautaire a été rejetée par une quasi unanimité d'Etats membres.

Comme cette dernière, le ministre français Bruno Le Maire, qui n'est resté qu'environ 1h30 à Luxembourg, a réclamé une compensation des producteurs "à l'euro près", sans pour autant chiffrer les pertes subies par les producteurs français.

La France et l'Espagne ont aussi demandé à ce que l'on tire les leçons de la crise en réformant le système d'alerte sanitaire rapide afin de renforcer la traçabilité, d'accroître les contrôles aux frontières et de développer la réciprocité.

"L'alerte doit être donnée sur la base d'une expertise et de faits scientifiques établis, ce qui aujourd'hui n'a pas été le cas", a fait valoir Bruno Le Maire.

Enfin, une campagne de promotion des légumes européens initialement prévue pour la fin de l'année sera accélérée afin d'aider le secteur maraîcher à se récupérer au plus vite.

L'Allemagne a fait état mardi d'un ralentissement de la progression de l'épidémie liée à la bactérie E. coli mais les recherches piétinent sur l'origine de la contamination.

Les autorités de Hambourg, épicentre de l'épidémie qui a fait 23 morts et contaminé 2.400 personnes dans douze pays, ont cependant annoncé que la situation sanitaire s'améliorait progressivement.

Julien Toyer, édité par Eric Faye

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...