Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Berlin et Paris veulent un accord sur Chypre fin mars

Europe : Berlin et Paris veulent un accord sur Chypre fin mars

Europe : Schäuble et Moscovici veulent un accord sur Chypre fin marsEurope : Schäuble et Moscovici veulent un accord sur Chypre fin mars

PARIS (Reuters) - Les ministres français et allemand des Finances ont estimé lundi, au lendemain de l'élection présidentielle chypriote, que les discussions sur le programme d'assistance financière européen à Chypre devaient aboutir à un accord d'ici fin mars.

Dans un communiqué commun, Pierre Moscovici et Wolfgang Schäuble saluent les résultats de cette élection, qui a vu la victoire du conservateur Nicos Anastasiades, lequel a promis de trouver rapidement un accord de sauvetage financier de l'île.

Ces résultats permettront la formation d'un gouvernement qui pourra rapidement continuer les négociations sur le programme d'assistance financière à Chypre, estiment les deux ministres.

"Les discussions devraient reprendre sous peu avec pour objectif d'atteindre un accord avant la fin du mois de mars", ajoutent-ils. "Nous appelons la troïka et les autorités chypriotes à progresser dans la finalisation du projet de 'mémorandum of understanding'."

La "troïka" est constituée de la Commission européenne, de la Banque centrale européenne (BCE) et du Fonds monétaire international (FMI).

C'est avec elle que le futur gouvernement chypriote devra boucler un accord de sauvetage pour éviter qu'un nouvel Etat de la zone euro ne bascule, après la Grèce, dans la crise financière, ce qui risquerait de rallumer la crise de la dette.

Estimés à 17,5 milliards d'euros, les besoins financiers de Chypre sont relativement modestes mais un prêt équivalent à sa richesse nationale ferait monter son ratio d'endettement à 140% du produit intérieur brut (PIB).

Un tel niveau d'endettement est considéré comme non soutenable et empêcherait probablement le FMI de prendre part à un plan de sauvetage.

D'autres options sont donc examinées. Les créanciers de Chypre ont ainsi suggéré de privatiser trois sociétés nationales afin de rembourser une partie de la dette. Mais cette mesure serait très largement insuffisante.

Selon les ministres français et allemand des Finances, le programme d'assistance financière devra permettre "un ajustement financier, budgétaire et structurel significatif" et prévoir une surveillance étroite des dispositions anti-blanchiment et en faveur de la transparence fiscale.

"Nous sommes confiants que le prochain gouvernement accélérera significativement le rythme des réformes en faveur d'une croissance soutenable et de la stabilité budgétaire et financière, qui sont dans l'intérêt de Chypre et de la zone euro dans son ensemble", ajoutent-ils dans leur communiqué.

Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...