Bourse > Actualités > Points de marché > Europe : Bce et ue excluent une restructuration de la dette grecque

Europe : Bce et ue excluent une restructuration de la dette grecque

Europe : bce et ue excluent une restructuration de la dette grecqueEurope : bce et ue excluent une restructuration de la dette grecque

GODOLLO, Hongrie (Reuters) - Une restructuration de la dette grecque est totalement hors de question, ont répété samedi le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires et le président de la Banque centrale européenne.

Dans son édition de samedi, l'hebdomadaire Der Spiegel a indiqué que des ministres européens des Finances avaient fait part la semaine dernière à Jean-Claude Trichet de leurs doutes sur la capacité de la Grèce à remplir ses objectifs budgétaires.

Lors d'une conférence téléphonique, plusieurs ministres auraient également suggéré qu'il était nécessaire de restructurer sa dette mais, selon la revue allemande, le président de la BCE aurait bloqué toute discussion sur ce point.

"Sur la Grèce, nous avons un plan. Ce plan a été adopté par la communauté internationale et approuvé par les institutions européennes et nous appliquons ce plan", a-t-il insisté samedi.

Olli Rehn a apporté le même démenti.

"Nous excluons une restructuration. Nous avons un plan solide et nous travaillons sur la base de ce plan et cela repose une analyse attentive de la soutenabilité de la dette", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion informelle des ministres européens des Finances à Godollo, près de Budapest.

Même si cette idée est dans toutes les têtes à Bruxelles, à Francfort et dans les capitales de la zone euro, tout débat public sur une restructuration de la dette grecque est resté tabou depuis que le pays a accepté en mai 2010 un plan d'aide de 110 milliards d'euros.

Ce programme permettra à Athènes de recevoir des fonds européens et du Fonds monétaire international jusqu'en juin 2013 mais les autorités grecques devront montrer bien avant cette date qu'elles sont capables de retourner sur les marchés financiers pour se financer.

Le gouvernement de Georges Papandréou a indiqué vouloir recommencer à vendre des obligations à long terme plus tard cette année ou en 2010 au plus tard.

Le déficit budgétaire de la Grèce a été probablement supérieur à 10% du produit intérieur brut (PIB) en 2010, ce qui devrait rendre nécessaires de nouvelles mesures d'austérité, a prévenu vendredi Lucas Papademos, conseiller du Premier ministre et ancien vice-président de la BCE.

Julien Toyer

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...