Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Entre rumeurs et démentis, l'euro fait du surplace.

Marché : Entre rumeurs et démentis, l'euro fait du surplace.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Alors que l'Espagne focalise toujours l'attention, et surtout des attentes pour l'instant déçues, la monnaie unique européenne semblait prendre ses quartiers au-dessus des 1,29 dollar mercredi midi, sans grande tendance. Vers 13 heures, l'euro restait ainsi neutre à 1,2920 dollar (- 0,09%).

La tendance était à peine plus prononcée face au yen (+ 0,07% à 100,97), au sterling britannique (+ 0,03% à 0,8011) et au franc suisse (+ 0,08% à 1,2104).

Quatrième économie de la zone euro, l'Espagne continue toujours de susciter rumeurs et démentis, d'où un certain attentisme sur le marché des devises ce midi.

D'ailleurs à propos de la séance d'hier, le courtier européen RTFX rappelle les “rumeurs selon lesquelles Madrid était prête à demander un plan de sauvetage généralisé” à l'Union européenne, ce qui aurait permis de déclencher les achats d'obligations espagnoles de la BCE. L'euro avait donc progressé sensiblement.

Mais ensuite, “le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a démenti, ce qui a affecté les gains de la paire de monnaie” euro/dollar. On n'en sait pas plus pour l'instant, mais les spéculations vont toujours bon train.

D'une manière générale, les cambistes de la banque canadienne FBN, Stéfane Marion et Krishen Rangasamy, brossaient hie ce tableau d'ensemble de la parité euro/dollar : “les banques centrales, le meilleur espoir pour le monde en période d'inertie politique, ont tenu promesse”, faisant référence à l'engagement pris par la BCE, qui par là même “accepte sa responsabilité de prêteur en dernier ressort”. Et aussi la Fed, qui a lancé son “QE 3”.

“L'intervention de la Fed contraste avec les achats 'entièrement stérilisés' de la BCE, et cette combinaison est négative pour le dollar”, indique FBN.

Toutefois, “le drame européen n'est pas terminé pour autant. Les politiques d'austérité qui tombent à un mauvais moment prolongeront la récession dans la zone euro, et les gouvernements auront d'autant plus de mal à atteindre leurs objectifs de déficit. La situation grecque n'a pas été résolue et le retrait du pays de la zone euro est plus qu'une simple possibilité”, craint FBN, qui ajoute qu'aux Etats-Unis, “distraite par les prochaines élections, la classe politique ne semble pas pressée de trouver une solution à la 'falaise' budgétaire qui menace la plus grande économie au monde d'une récession. L'incertitude que cela entraîne nuit d'ores et déjà à la croissance américaine.”

Les opérateurs du “forex” ne peuvent guère trouver de réconfort du côté des statistiques : publié ce matin, l'indice PMI Markit de l'activité globale dans l'Eurozone a reculé légèrement à 46,1 en septembre, sous les 50 du sans changement pour le huitième mois consécutif. En France, l'indice passe de 48 à 43,2 points.

'Un retour à la récession dans la zone de la monnaie unique semble donc inévitable au troisième trimestre, les dernières données PMI suggérant un renforcement de la contraction de l'activité globale', s'alarme Chris Williamson, économiste principal à Markit.

Toujours sur l'agenda statistique, on attend cet après-midi des Etats-Unis l'enquête ADP sur l'emploi dans le secteur privé, précurseur d'une fiabilité variable du rapport officiel sur l'emploi de septembre attendu vendredi, puis de l'indice ISM des services et les stocks hebdomadaires de pétrole.

Un cambiste nord-européen indiquait enfin 'qu'il existe un risque de volatilité en fin de semaine, au terme de la réunion du conseil de politique monétaire de la BCE”.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...