Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Démission de jon corzine, le pdg de mf global

Marché : Démission de jon corzine, le pdg de mf global

Démission de jon corzine, le pdg de mf globalDémission de jon corzine, le pdg de mf global

NEW YORK (Reuters) - Jon Corzine, le PDG du courtier en faillite MF Global Holdings, a démissionné vendredi, quatre jours après le dépôt de bilan du groupe, coulé notamment par ses paris sur la dette souveraine européenne.

Jon Corzine, 64 ans, avait dirigé Goldman Sachs de 1994 à 1999 avant de se tourner vers une carrière politique qui l'avait mené au Sénat puis au poste de gouverneur du New Jersey.

Il avait rejoint MF Global en mars 2010 après avoir perdu son siège de gouverneur.

Sous son autorité, le courtier s'était lancé dans une stratégie de développement des transactions en compte propre qui l'avait conduit à investir 6,3 milliards de dollars (4,5 milliards d'euros) sur le marché des dettes souveraines belge, irlandaise, italienne, portugaise et espagnole.

L'accumulation de ces risques a fait fuir clients, contreparties et investisseurs. Et ses difficultés s'étaient accrues la semaine dernière après l'annonce d'une perte trimestrielle plus lourde que prévu, qui avait conduit les agences de notation à le rétrograder en catégorie spéculative.

Les autorités financières ont lancé des investigations sur les activités de la société, notamment pour retrouver la trace de quelque 600 millions de dollars de capitaux confiés à MF par des clients.

Les régulateurs et le FBI cherchent en outre à savoir si la société a bien respecté les règles lui imposant une stricte séparation entre l'argent de ses clients et ses propres liquidités.

A ce stade, ni MF Global, ni Jon Corzine n'ont été accusés de malversations.

Dans un communiqué, le PDG démissionnaire explique que son départ "difficile" est volontaire et qu'il est préférable pour l'entreprise et toutes les parties concernées.

"Je ressens une grande tristesse après ce qui a transpiré de MF Global et l'impact que cela a eu sur les clients, les salariés de l'entreprise et beaucoup d'autres", écrit-il.

Le groupe a précisé qu'il avait renoncé à ses indemnités de départ, qui s'élevaient théoriquement à neuf millions de dollars.

Jonathan Stempel, Marc Angrand pour le service français, édité par Catherine Monin

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...