Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Déficit public surprise en grande-bretagne malgré l'austérité

Marché : Déficit public surprise en grande-bretagne malgré l'austérité

Déficit public surprise en grande-bretagne malgré l'austéritéDéficit public surprise en grande-bretagne malgré l'austérité

par Sven Egenter et David Milliken

LONDRES (Reuters) - Les finances publiques britanniques ont enregistré un déficit surprise en juillet, lié à une baisse des recettes tirées de l'impôt sur les sociétés et à une hausse des dépenses, alors que le mois de juillet est traditionnellement marqué par des rentrées fiscales élevées.

Après neuf mois de récession, ce déficit souligne le peu de marges de manoeuvre dont dispose le ministre des Finances George Osborne pour soutenir l'économie britannique.

Il entretient aussi les doutes sur la politique actuelle du gouvernement de coalition visant à défendre la note AAA du Royaume-Uni et à maîtriser les coûts d'emprunt en réduisant le déficit budgétaire.

Les finances du secteur public, hors interventions du secteur financier, ont enregistré un déficit de 557 millions de livres (706,4 millions d'euros) contre un excédent de 2,8 milliards de livres en juillet 2011, selon les données de l'Office national de la statistique publiées mardi.

"A ce niveau, les emprunts pour 2012 et 2013 dépasseront largement les prévisions du Bureau pour la responsabilité budgétaire (OBR)", estime Vicky Redwood, économiste chez Capital Economics.

"Avec une reprise moins forte que prévu par l'OBR, nous pensons que le gouvernement aura du mal à réduire ses emprunts pour l'année prochaine", ajoute l'économiste.

Le gouvernement de coalition qui réunit le Parti conservateur et les libéraux-démocrates entend réduire le déficit budgétaire à 5,8% du produit intérieur brut (PIB) cette année contre 8,2% enregistré lors de l'exercice fiscal 2011-2012.

Depuis le début de l'année, l'emprunt net du secteur public britannique -hors secteur financier et charge exceptionnelle liée au transfert d'actifs des régimes de retraite de la Royal Mail au secteur public l'année dernière- s'élève à 47,2 milliards de livres, en hausse de 11,6 milliards par rapport à 2011.

PAS DE MARGES DE MANOEUVRE

La coalition gouvernementale a fait de la réduction du déficit public la pierre angulaire de ses politiques, mais beaucoup appellent désormais à un assouplissement des mesures d'austérité en raison de la faiblesse de l'économie.

"Le gouvernement reste engagé dans le plan crédible que nous avons établi pour faire face à la dette britannique, et les chiffres d'aujourd'hui soulignent à quel point il serait risqué d'augmenter délibérément les emprunts", a commenté un porte-parole du ministère des Finances.

Les finances publiques du Royaume-Uni sont très liées aux évolutions saisonnières. Le mois de juillet fait ainsi traditionnellement ressortir un excédent budgétaire grâce aux rentrées fiscales en provenance des particuliers et des entreprises.

Mais cette année, la production de gaz et de pétrole de la mer du Nord a été exceptionnellement faible.

Les données publiées ce mardi ont montré que les recettes du gouvernement ont baissé de 0,8% sur l'année, affectées par une baisse de près de 20% de l'impôt sur les sociétés. Dans le même temps, les dépenses publiques ont progressé de 5,1%.

Les recettes tirées de l'impôt sur les sociétés ont diminué de 1,7 milliard de livres par rapport à l'année dernière, dont 1 milliard de livres provient de la baisse des revenus des sociétés pétrolières.

Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...